Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Une amende qui pèse

Le groupe biotechnologique enregistre une perte de 100 millions de francs en 2005. La faute à une grosse amende payée aux Etats-Unis Le paiement d'une grosse amende - plusieurs centaines de millions de dollars - aux Etats-Unis a pesé lourd sur les résultats de Serono. Le groupe termine 2005 sur une perte nette de 106,1 millions de dollars (137,2 millions de francs), contre un bénéfice net de 494,2 millions en 2004.

07 févr. 2006, 12:00

En publiant ses chiffres hier, la multinationale biotechnologique genevoise n'a donné aucune précision sur son avenir. Sébastien Martel, vice-président des relations investisseurs, s'est refusé à tout commentaire sur «les diverses alternatives stratégiques qui s'offrent actuellement à la société».

Tractations en cours

Le 8 novembre 2005, le groupe a annoncé avoir mandaté Goldman Sachs pour «explorer» plusieurs solutions. «Le processus est en cours», dit toujours Serono. «Néanmoins, il n'y a pas de certitude qu'une transaction soit conclue.»

Selon la presse financière, plusieurs candidats, dont GlaxoSmithKline, le dernier en date, auraient dévoilé leur intérêt à la famille Bertarelli, premier actionnaire du groupe. Mais les parties ne se seraient pas entendu sur le prix souhaité, soit 15 milliards de dollars. Pour certains analystes, les tractations ne sont pas pour autant terminées. Au vu de la faiblesse des résultats 2005, «l'actionnaire principal pourrait reconsidérer des offres plus basses», estime Olav Zilian de Helvea (Pictet & Cie) dans une note. A défaut d'information sur les spéculations du moment, Serono annonce un chiffre d'affaires consolidé en hausse de 5,2% à 2,59 milliards de dollars. Sans tenir compte des problèmes liés à la sanction outre-Atlantique, le résultat net a bondi de 28,4% à 565,3 millions de dollars.

«Nous finissons l'exercice avec une bonne performance financière, le bénéfice net par action est en croissance de près de 35%,» a souligné Sébastien Martel.

Ventes en hausse

Les ventes globales ont augmenté de 7,4% à 2,3 milliards de dollars (6,7% en monnaies locales). En Europe occidentale, elles ont gagné 11,4% à 1,3 milliard de dollars. Sur le marché nord-américain, les ventes n'ont progressé que de 1,2% à 848,2 millions de dollars. Dans le reste du monde, leur croissance a atteint 10,8% à 452,4 millions.

Le chiffre d'affaires du Rebif, principal produit de Serono (54,3% du total) destiné au traitement de la sclérose en plaques, a progressé de 16,4% à 1,27 milliard de dollars. «Aux Etats-Unis, ce produit, lancé début 2002, a encore enregistré une croissance de 30% l'an dernier», a précisé Sébastien Martel. / ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias