Swissgrid sous tension

L'exploitation du réseau électrique suisse à très haute tension a commencé hier sous l'égide de Swissgrid. Mais tout n'est pas encore réglé Swissgrid a démarré hier l'exploitation du réseau électrique suisse à très haute tension. Les six entreprises helvétiques regroupées dans Swisselectric prennent ainsi les devants au regard de la future loi sur l'approvisionnement en électricité.
01 août 2015, 23:56

«La société débute librement ses activités» a indiqué Hans Schweickardt, président de Swisselectric, l'organisation faîtière des électriciens suisses EOS, Atel, BKW, NOK, CKW, EGL, et EWZ, propriétaires du réseau. Pour l'heure, le Parlement continue de débattre de la loi sur l'approvisionnement en électricité qui devrait entrer en vigueur au plus tôt en 2008.

Première étape

Swissgrid a été créé après l'ouverture du marché de l'électricité de l'Union européenne. Pour mémoire, la loi sur l'électricité, qui prévoyait elle aussi une libéralisation en Suisse, a échoué le 22 septembre 2002 en votation populaire.

La fondation de Swissgrid a aussi été rendue nécessaire en vue de l'ouverture en 2007 des négociations d'un accord bilatéral en matière d'approvisionnement électrique entre la Suisse et l'Union européenne (UE).

Sise à Laufenburg (AG) l'entreprise en charge de l'exploitation et de la surveillance des quelque 6700 kilomètres de lignes à haute tension emploie près de 130 collaborateurs. Actuellement, toutes les entreprises électriques bénéficient d'un libre-accès au réseau, a pour sa part précisé Hans-Peter Aebi, directeur de Swissgrid. Et la société remplit d'ores et déjà une partie des exigences de la future loi sur l'approvisionnement en électricité.

«L'entame des activités de Swissgrid représente une étape intermédiaire», a expliqué Walter Steinmann, directeur de l'Office fédéral de l'énergie (Ofen). Reste que la Suisse ne dispose pas pour le moment d'une autorité de régulation. Celle prévue par la future législation surveillera non seulement les prix mais aussi les tarifs d'utilisation du réseau.

Mais la séparation entre d'une part l'exploitation du réseau et la production d'électricité d'autre part suscite la controverse. Pour rappel, après le Conseil des Etats, le Conseil national s'est rallié lundi à la création d'une société nationale possédant et exploitant le réseau d'approvisionnement d'électricité et cela malgré les craintes d'une marginalisation de la Suisse romande.

Une solution «imposée»

Dès lors, la propriété du réseau sera transmise à Swissgrid, ses actuels propriétaires devenant actionnaires de la société argovienne. Si cette dernière n'émet guère d'objections à la reprise du réseau, ses actuels propriétaires s'y opposent vigoureusement.

Il s'agit là d'une solution imposée par la politique, estime ainsi le président de Swisselectric et patron d'EOS, Hans Schweickardt. Selon ce dernier, des problèmes interviendront dès lors qu'il s'agira de développer le réseau, dont les capacités sont arrivées à leurs limites. / ats