Réservé aux abonnés

Rail: la grève pénalise la filière céréalière

Les coopératives agricoles et les industriels tournent au ralenti.

21 avr. 2018, 00:01
Rail workers and civil servants demonstrate in the Old Port in Marseille, southern France, Thursday, April, 19, Rail workers and civil servants demonstrate in Marseille, southern France, Thursday, April, 19, 2018. Thousands of people are expected to march in protest at French President Emmanuel Macron's reforms as rail strikes and student protests continue to shake the country. Rail workers have this week resumed their rolling strike aimed at fighting Macron's plans to revamp the national railway company SNCF before the network is opened to competition, while students continue to occupy campuses across France. (AP Photo/Claude Paris) France Strikes

Les grèves perlées et au long cours de la SNCF ne pénalisent pas que les particuliers prenant le train tous les jours pour aller travailler ou partir en vacances. Elles commencent à déstabiliser plusieurs filières industrielles et agricoles qui ont recours au transport ferroviaire de marchandises. Avec 60% à 70% des trains annulés selon les régions, c’est le cas de celle des céréales. «Ce qui est nouveau et nous inquiète, c’est la durée du mouvement prévu pour durer jusqu’à fin juin. Après deux journées de grève, le redémarrage est très lent, car l’agroalimentaire n’est pas prioritaire», déplo...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois