Prévoyance: le 3e pilier A ne rapporte pratiquement plus rien

0,4%. C’est, au mieux, le rendement que vous pouvez espérer aujourd’hui de votre troisième pilier A. La moyenne est à 0,2%, alors qu’elle culminait à 7% en 1992! Mais l’aspect fiscal du système reste intéressant.

19 nov. 2019, 07:59
Senior citizens partake in an English beginners course by the charitable organisation Pro Senecute in Lucerne, Switzerland, on November 12, 2018. Founded in 1917, Pro Senectue is a non-profit organization dedicated to the well-being, dignity and rights of the elderly and offers a wide range of services and courses. (KEYSTONE/Christian Beutler)  Senioren nehmen an einem Englisch-Anfaengerkurs der Pro Senecute teil, am 12. November 2018 in Luzern. Die gemeinnuetzige Organisation Pro Senectue wurde 1917 gegruendet; die Stiftung setzt sich fuer das Wohlergehen, die Wuerde und Rechte von aelteren Menschen ein und bietet eine Vielzahl von Dienstleistungen und Kurse an. (KEYSTONE/Christian Beutler)

Les taux sur les comptes de prévoyance complémentaire 3a se situent à «des niveaux historiquement bas», mais investir dans ces véhicules de placement est malgré tout intéressant en raison des économies d’impôts.

Le taux moyen se situait à 0,2%, selon les relevés du portail de prestations financières Moneyland.ch qui a passé au crible les offres de 91 prestataires suisses. A titre de comparaison, le taux moyen se situait à 7% en 1992 et à 2,27% en 2008, a-t-il rappelé mardi dans un communiqué.

0,4% au maximum

Des différences existent cependant selon les établissements financiers, la banque coopérative WIR et la Banque cantonale du Tessin proposant le taux le plus élevé avec 0,4%, alors qu’il se situe à zéro à la banque J. Safra Sarasin.

 

 

Bâloise Banque Soba, ainsi que les établissements cantonaux de St-Gall et de Zurich suivent en bas du classement avec un taux de 0,05%. Les grandes banques Credit Suisse (0,2%) et UBS (0,1%) font un peu mieux.

«Malgré des taux historiquement bas, un compte de prévoyance 3a peut être intéressant», a souligné Benjamin Manz de Moneyland.ch. Les déductions fiscales peuvent en effet dépasser plus de 1000 francs en fonction des cantons.