Postfinance va augmenter de 30% la taxe sur les paiements au guichet avec des bulletins de versement

Orange ou rouge, peu importe. Si vous effectuez vos paiements à la Poste avec un bulletin de versement, la taxe augmentera de 30% dès l’été 2020. Si c’est bien l’émetteur de la facture qui devra régler ce montant, il n’est pas impossible que ces frais soient reportés sur le payeur.

12 déc. 2019, 09:39
The Logo of PostFinance on the facade of its branch at Aarberggasse in Bern, Switzerland, on October 18, 2018 (KEYSTONE/Christian Beutler)

Postfinance relève les frais pour les paiements de bulletins de versement au guichet. Les destinataires de ces factures, et non ceux qui les règlent, devront payer ce service 30% plus cher à partir de juillet 2020.

Par exemple, un règlement jusqu'à 50 francs coûtera 1,20 franc, contre 0,90 pour le bulletin orange et la nouvelle facture QR, et 2,00 francs au lieu de 1,50 pour les bulletins rouges, égraine un communiqué jeudi du bras financier du géant jaune. Pour un montant jusqu'à 10'000 francs, il faudra s'acquitter respectivement de 3,95 francs (contre 2,95) et 4,75 francs (3,55).

Pour la personne qui paie la facture, le règlement restera gratuit, a assuré un porte-parole de Postfinance, interrogé par AWP. Seul l'émetteur de la facture devra payer davantage.

M.Prix intervient pour limiter la hausse

Selon Postfinance, cette activité est fortement déficitaire. Le nombre de paiements au guichet a considérablement diminué, en raison du transfert des opérations vers internet, a ajouté le porte-parole.

En 2007, 210 millions de paiements étaient encore effectués aux guichets de la Poste, contre seulement 137 millions l'an dernier. "Cette tendance va se poursuivre", selon le représentant de Postfinance. Il a expliqué que l'activité resterait déficitaire malgré les nouveaux tarifs.

Dans une prise de position distincte, le surveillant des prix Stefan Meierhans souligne que Postfinance souhaitait initialement majorer ses tarifs au guichet de 50%. Les négociations ont toutefois permis de plafonner le renchérissement à un peu plus de 30% et devraient permettre aux émetteurs de factures d'économiser entre 50 et 60 millions de francs sur la durée couverte par cet accord, soit jusqu'à fin 2023.