Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Optimisme prudent chez Richemont

Richemont affiche une rentabilité convaincante sur son premier semestre. Le groupe de luxe genevois ne pense pas pouvoir maintenir ses marges lors des six mois suivants, mais reste optimisme pour l'ensemble de l'exercice 2007-2008. Sur la période avril-septembre, le bénéfice net a grimpé de 28% à 824 millions d'euros (1,35 milliard de francs). Le résultat opérationnel a grimpé dans la même proportion pour atteindre 560 millions.

17 nov. 2007, 12:00

Le groupe, auquel appartiennent les marques Cartier, Piaget, Montblanc ou encore Officine Panerai, a réalisé un chiffre d'affaires global de 2,548 milliards d'euros. Il a ainsi accru ses ventes de 11%, et même de 16% sans tenir compte des effets de changes.

Alors que certains observateurs craignent que la crise du subprime (crédits hypothécaires américains à risque) entame l'appétit des consommateurs pour les produits de luxe, Richemont affirme ne pas en ressentir les effets pour le moment. En revanche, la récente appréciation de l'euro a pesé sur le chiffre d'affaires des marchés américain et japonais. L'Europe - principal marché - a connu, elle, une croissance solide, quoique moins éblouissante. Son chiffre d'affaires a franchi la barre du milliard d'euros.

Par secteurs, l'horlogerie a accompli la meilleure performance (+18%). Une demande soutenue en montres mécaniques a porté les marques IWC et Jaeger-LeCoultre.

Richemont compte dégager sur l'ensemble de l'exercice des résultats supérieurs à ceux de 2006-2007. Mais au sujet du second semestre, le groupe se veut prudent. «Nous avons affiché de très bonnes marges au premier semestre, et nous ne pourrons vraisemblablement pas les tenir», a expliqué le directeur financier, Richard Lepeu. / ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias