Martin Hellweg remplacé à la direction de Swissmetal

13 mai 2009, 10:57

Swissmetal aura un nouveau patron dès vendredi. Martin Hellweg, contre lequel les ouvriers de l'usine de Reconvilier (BE) s'étaient soulevés lors de deux grèves, cède sa place à Olaf Schmidt-Park, un Allemand de 48 ans. 

Le groupe soleurois avait lancé la procédure de succession en automne, a-t-il indiqué aujourd'hui dans un communiqué. Le nouveau directeur, docteur en ingénieurie de technique de procédés à l'Université de Berlin, a été président et directeur général de H.C. Stark, à Newton aux Etats-Unis. 

Olaf Schmidt-Park a également occupé des fonctions dirigeantes au sein du groupe allemand Bayer. Il prendra ses nouvelles fonctions chez Swissmetal au lendemain de l'assemblée générale du groupe. 

A cette occasion, le conseil d'administration demande aux actionnaires de reconduire pour un an les membres actuels Roger Bühler, Dominik Koechlin, Max Locher et Friedrich Sauerländer. Dans cette proposition modifiée, il ajoute les noms de deux nouveaux administrateurs, Ferdinand Stutz et Jürg Henz. 

Homme à abattre 

Martin Hellweg avait pris les commandes de Swissmetal en juin 2003, alors que le groupe traversait une période difficile. Il a été un patron très controversé, en particulier dans le contexte de la restructuration du site de l'usine Boillat à Reconvilier dans le Jura bernois. Grèves, communication bloquée et bras de fer avec les employés ont marqué l'ère Hellweg chez Swissmetal. 

Malgré les restructurations amorcées par Martin Hellweg, Swissmetal a plongé dans les chiffres rouges l'an dernier, accusant une perte nette de 6,5 millions de francs en 2008, contre un bénéfice de 11,4 millions un an plus tôt. Depuis, le groupe a introduit du chômage partiel sur ses trois sites de production, à Dornach (SO), Reconvilier (BE) et Lüdenscheid (Allemagne). 

Suppression de postes 

Fin janvier, Swissmetal a annoncé la suppression de 35 postes hors du secteur de la production. Depuis début 2006, l'entreprise a réduit le nombre de postes de travail de quelque 900 à 658 à fin février 2009. 

En dépit du départ de Martin Hellweg, la situation sur le site de Reconvilier continue de préoccuper les élus locaux. Dans un  communiqué, le maire de Moutier Maxime Zuber, membre du groupe de  soutien à la Boillat demande aux autorités politiques de profiter du départ de Martin Hellweg pour reprendre contact avec les nouveaux dirigeants du groupe et tenter «d'infléchir sa politique». /ats