Les ventes au ralenti

Les garagistes suisses font la moue: les ventes de voitures neuves ont reculé l'an passé. Une reprise est cependant attendue Les garagistes suisses ont vécu une année 2005 difficile en termes de ventes de voitures neuves. Celles-ci ont atteint leur plus bas niveau depuis la première statistique établie en 1980. Le recul s'est inscrit à 3,6% au regard de 2004, à 259.426 véhicules.

04 févr. 2006, 12:00

Selon la statistique d'Auto-Suisse dévoilée hier, 1993 représentait la plus mauvaise année avec 262.814 automobiles neuves ayant alors été immatriculées. Cité dans le communiqué, le président de l'association des importateurs de voitures, Tony Wohlgensinger, a qualifié l'exercice passé de «peu faste». Mais l'organisation table sur «un léger essor» en 2006.

Parc trop ancien

Auto-suisse a attribué les difficultés de l'an passé à l'évolution conjoncturelle et la faiblesse de la consommation. A cela s'ajoute le fait que les automobiliste conservent de plus en plus longtemps leur voiture: ainsi Auto-Suisse estime que 1,1 million de véhicules âgés de plus de 10 ans sont immatriculés. Depuis 1995 ce chiffre s'est accru de 450.000. Selon Tony Wohlgensinger, «les progrès techniques réalisés au cours des 10 dernières années rendent en réalité une voiture âgée peu rentable, compte tenu des prix actuels de l'essence».

Sur le seul mois de décembre 2005, les ventes de voitures neuves ont de nouveau fléchi de 4,6% par rapport au même mois de 2004 à 19.574 unités. La très légère hausse observée en novembre aura donc fait long feu.

Dans le détail, sur l'ensemble de l'année, les Coréennes se sont distinguées, affichant la seule hausse par nationalité, soit de 8,4% à 14.840 nouvelles immatriculations. Mais la progression des autombiles du Pays du matin calme reflète uniquement le bond des ventes du constructeur Kia (+4,6% à 5269 véhicules).

Les constructeurs japonais ont dans l'ensemble bien resisté, leurs ventes stagnant quasiment (-0,6%) à 57.871 unités. Parmi ceux-ci, Toyota (+1,8% à 16.848) et Nissan (+12,8% à 7301) ont rencontré plus de succès auprès de consommateurs.

Européennes en baisse

Les automobiles européennes ont présenté un tassement de leurs ventes. Celles des allemandes se sont réduites de 7,6% à 106.555 véhicules, celles de françaises de 4,3% à 40.392, et celles des italiennes de 12,1% à 12.845. Les voitures suédoises ont subi une régression de 4,9% à 8546 et les anglaises de 8,5% à 2664.

A noter que les véhicules mus par un moteur diesel ainsi que les tout-terrains, ces derniers dans une moindre mesure toutefois, ont continué de séduire. L'an passé, il s'est ainsi vendu 72.831 automobiles diesel, soit 4,3% de plus qu'en 2004, ainsi que 56.226 4X4 , 0,4% de plus que l'année précédente. / ats