Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Les Suisses ont travaillé 106 jours pour le fisc

Les contribuables ont théoriquement fini de trimer pour le fisc suisse hier. Ils ont consacré en moyenne cette année 106 jours de travail au paiement de leurs impôts. Ce chiffre représente trois jours de moins qu'en 2006, mais le double d'il y a 50 ans (1958: 53 jours de travail).

17 avr. 2007, 12:00

Tous les contribuables ne pourront cependant pas fêter cette «journée du devoir fiscal accompli», au vu de la disparité des barèmes cantonaux et communaux. Au gré de leur lieu de domicile, certains sont loin d'avoir atteint le compte, alors que d'autres sont délestés de cette charge depuis longtemps.

La fixation du nombre de jours de travail ?uvrés pour les impôts se base sur la quote-part fiscale. Cet indicateur, qui détermine les impôts payés à l'Etat en pour-cent du produit intérieur brut (PIB), devrait atteindre 29,2% en 2007, selon les prévisions publiées hier par le Département fédéral des finances.

La quote-part s'élevait à 29,8% l'année dernière. Le pic a été atteint en 2000 avec un taux de 30,5%.

Contrairement à d'autres pays, la Suisse n'intègre pas dans sa statistique les primes versées à l'assurance maladie obligatoire et à la Suva, ni les cotisations à la prévoyance professionnelle obligatoire et aux caisses de compensation familiales. Si c'était le cas, la quote-part fiscale se monterait à environ 40% du PIB.

La publication des statistiques fiscales a notamment suscité l'ire des Jeunes radicaux. Ces derniers se sont dits «très inquiets du développement dramatique» qui frappe de plein fouet les jeunes générations. Et d'exiger des mesures drastiques pour assainir les finances et réduire l'endettement de l'Etat. / ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias