Les Suisses importent de moins en moins de livres de l’étranger

Les importations de livres et de périodiques en Suisse ont fortement diminué en dix ans, notamment en raison de l’essor des livres électroniques. L’Allemagne et la France restent les deux principaux fournisseurs.

03 déc. 2019, 11:18
Les Suisses ont changé leurs habitudes de lecture en dix ans, selon l'Administration fédérale des douanes. (Illustration)

Les importations de livres en Suisse ont chuté de 35% entre 2008 et 2018, passant de 703 à 454 millions de francs malgré une évolution favorable du taux de change et une baisse des prix, selon les douanes suisses. Celles de périodiques a plongé de 46%, à 219 millions.

Cette dégringolade est due au changement d’habitudes de lecture des Suisses, ainsi qu’à l’émergence des livres électroniques et des publications en ligne, explique dans un communiqué diffusé mardi l’Administration fédérale des douanes (AFD).

La chute en valeur résulte en grande partie des quantités importées, précise l’AFD, de 28% sur dix ans pour les livres et de 44% pour les périodiques. Le reste de la baisse est dû à un taux de change plus favorable et des prix moins élevés.

L’effet «rentrée»

La rentrée scolaire et littéraire, ainsi que les fêtes de fin d’année génèrent une hausse des ventes de livres de respectivement 15% en septembre, 18% en octobre et 7% en novembre par rapport à la moyenne. Les importations de périodiques croissent légèrement en mars (+4% par rapport à la moyenne), en juin (+4%), en octobre (+5%) et en décembre (+3%).

Quant à la provenance de livres et de périodiques, l’Allemagne (63% de part de marché en 2017) et la France (23%) restent les principaux fournisseurs. La première a toutefois perdu 9 points de parts à l’importation de livres entre 2008 et 2018 au profit de la Chine notamment, qui passe devant les Etats-Unis comme fournisseur de livres.