Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Le règne des travailleurs de plus de 50 ans est arrivé

En Suisse, deux tiers des personnes non actives âgées de plus de 50 ans ne désirent plus travailler. En outre, le nombre d'aînés ayant quitté le monde du travail sans aboutir au chômage est important. D'où le faible taux de sans-emploi chez les plus de 50 ans. Ces observations résultent d'une étude de l'Office fédéral de la statistique (OFS) sur l'activité professionnelle des aînés. L'analyse, publiée hier, vise à documenter le scénario du vieillissement démographique, lequel implique une forte croissance de la catégorie des actifs âgés de plus de 50 ans.

07 févr. 2008, 12:00

L'arrivée massive depuis 2001 d'une main-d'?uvre étrangère plutôt jeune ne freinera pas la hausse de l'âge moyen des personnes actives, indique notamment l'étude de l'OFS. Selon les données publiées, la part des travailleurs âgés de plus de 50 ans passera de un sur quatre aujourd'hui à un sur trois dans deux générations. Entre 1996 et 2007, la part d'actifs âgés de 50 à 64 ans a augmenté de 21% à 26% dans le secteur tertiaire. La progression est significative dans l'administration publique (35%), l'enseignement (29%), la santé et les activités sociales (27%). Le secteur «activités financières et assurances» fait exception: la part des aînés y est inférieure à 20%. Entre 1996 et 2007, la proportion de personnes actives âgée de plus de 50 ans a diminué légèrement dans le secteur secondaire, en raison de la régression des débouchés de la main-d'?uvre industrielle indigène. Représentatives du baby boom de l'après-guerre, les personnes de plus de 50 ans ont généralement cotisé au 2e pilier dès le début de la vie active. Selon l'OFS, cette génération dispose d'une marge de man?uvre face au licenciement ou à la mise en retraite anticipée, ce qui explique le faible taux de chômeurs dans la catégorie.

La situation ne sera pas aussi favorable pour les générations qui suivent, avertit l'OFS. En effet, le vieillissement de la population va peser progressivement sur le financement des assurances sociales comme l'AVS, le deuxième pilier, la couverture maladie.

Avec les pays scandinaves, la Suisse reste néanmoins un pays où le taux d'actifs âgés de plus 50 ans est élevé (70%), malgré la faible ardeur au travail des non actifs qui ont pu assurer leurs arrières. Dans l'Union européenne, le taux d'actifs âgés de plus de 50 ans représente seulement 58% en moyenne. Entre 1996 et 2007, le taux de retraite anticipée a passé en Suisse de 16% à 20%. Les hommes sont bien plus nombreux que les femmes - à proportion de 4 pour 3 - à quitter prématurément la vie active. Cette catégorie de personnes provient majoritairement du secteur tertiaire ou occupait des fonctions d'encadrement. Les départs en retraite anticipée sont les moins fréquents (12%) dans les branches de l'immobilier, de l'informatique. Le commerce, ainsi que l'hôtellerie-restauration, ne sont pas non plus des bastions de la retraite anticipée.

Les personnes âgées de plus de 50 ans restent néanmoins de loin les plus touchées par le chômage de longue durée. En 2007, plus de 55% des personnes en recherche d'emploi depuis plus d'une année étaient âgées de plus de 50 ans, contre 42% chez les 25-49 ans et 24% chez les 15-24 ans.

Cependant, selon l'OFS, les aînés bénéficiant d'une formation supérieure ont autant de chance de retrouver un emploi que les personnes plus jeunes. L'étude indique également que 20% des actifs occupés âgés de plus de 50 ans exercent une profession indépendante, contre seulement 14% chez les moins de 50 ans. / ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias