Le raid fait un flop

Le zougois Center-Tainment voulait s'emparer du parc d'attraction. L'opération tombe à l'eau. Aucune offre n'a été déposée Le projet de rachat hostile du parc d'attraction français Euro Disney par la société zougoise Center-Tainment n'a pas fait long feu. Aucune offre n'a été formellement déposée par le raider, que les experts jugent peu crédible.
01 août 2015, 23:32

L'Autorité française des marchés financiers (AMF) avait donné jusqu'à lundi soir à cette société totalement inconnue pour déposer le dossier du projet de rachat, lequel avait été dévoilé jeudi dernier à Paris. Dans un communiqué diffusé hier matin, elle constate que Center-Tainment n'a pas bougé.

Scepticisme général

L'AMF a indiqué à la fin de la semaine dernière que l'annonce faite le 30 novembre par la société zougoise faisait l'objet d'une enquête. Certains experts suspectent de possibles manipulations du cours d'Euro Disney. Le constat d'une absence de dépôt d'offre dans les délais implique maintenant que CenterTainment ne peut plus lancer de raid pendant six mois (article 222-25 du règlement général de l'AMF).

«Loufoque», «ridicule»: la presse avait accueilli l'idée de rachat d'Euro Disney par Center-Tainment avec le plus grand scepticisme la semaine dernière. La société enregistrée à Zoug n'a été introduite en Bourse qu'en septembre, sur le marché libre de Francfort.

Fondée en décembre 2005 sous le nom d'Orca, elle ne dispose d'aucun actif et a changé de nom dans l'intervalle. Selon son site web, son objectif est de «prendre des participations dans d'autres entreprises, en particulier dans le domaine des loisirs».

Jeudi dernier, les dirigeants de Center-Tainment ont dit vouloir s'emparer d'Euro Disney en échangeant des titres de leur entreprise contre ceux du parc d'attraction. Le rapport d'échange évoqué était de 1 action CenterTainment contre 200 actions Euro Disney.

Gros problème: le titre Center-Tainment a plongé de 20 euros mercredi dernier à 0,31 euro hier matin, soit une dégringolade de plus de 98%. Le titre perdait en outre plus de 30% sur le cours de la veille. Euro Disney valait de son côté 7 cents. A ce cours, 200 titres valent 14 euros. Un échange contre une action Center-Tainement ne présente donc aucun intérêt.

Impossible

Pour appâter l'actionnaire d'Euro Disney, la société zougoise devrait donner un peu plus de 45 de ses titres, et cela ne correspondrait qu'à 14 euros. Or, dans une OPA, il faut normalement offrir une prime pour réussir. Aux cours actuels, le raid semble par conséquent totalement impossible.

La présentation des responsables de Center-Tainment n'avait du reste pas du tout convaincu, la semaine dernière.

L'annonce de l'entreprise zougoise a en revanche eu un impact ponctuel très important sur le cours du parc d'attraction. Celui-ci s'était envolé de plus de 30% après la nouvelle, avant de replonger environ à la valeur qui était la sienne avant la divulgation de la possible OPA. / ats