Le bénéfice de Migros recule malgré des ventes records

Migros a vu son bénéfice net reculer de 4,5% l'an passé, à 801 millions de francs. Le géant orange a toutefois dégagé un chiffre d'affaires record et entend maintenir par tous les moyens sa position de numéro un suisse du commerce de détail. «Le recul du bénéfice était prévisible», a expliqué Herbert Bolliger, président de la direction générale, hier à Zurich. Des revenus financiers extraordinaires avaient en effet marqué l'exercice 2006, notamment le produit de la vente de la participation dans Generali pour 69 millions de francs.

03 avr. 2008, 12:00

Migros a fait moins bien, en termes de progression, que son principal concurrent Coop. Son dauphin bâlois a, lui, dégagé un bénéfice net en hausse de 12,9% l'an dernier, à 350 millions de francs.

Herbert Bolliger a encore parlé de «résultat solide» en évoquant 2007. A ce titre, il cite la progression enregistrée au niveau opérationnel. Le résultat d'exploitation (Ebit) a bondi de 10,1% à 1,04 milliard. Cette performance s'explique par les diverses mesures prises au niveau de l'optimisation des coûts. «Les réductions de prix aux clients ont pu être partiellement reportées sur les fournisseurs tiers et l'industrie Migros», a expliqué Herbert Bolliger.

Déjà connu, le chiffre d'affaires du groupe s'est accru de 6,2% pour atteindre le record de 22,7 milliards de francs. Les ventes dans le commerce de détail ont, elles, augmenté de 5,9% pour s'établir à 18,5 milliards. Denner a contribué à cette croissance à hauteur de 688 millions de francs, soit les ventes réalisées entre octobre et décembre 2007. Le rapprochement avec le hard-discounter est un «jalon important que Migros a posé l'an dernier afin de garantir une croissance durable», selon Herbert Bolliger

Tout comme Coop, Migros a consenti à des baisses de prix l'an dernier pour un montant de plus de 100 millions. Ces mesures ont entraîné une réduction moyenne des prix de 1,2%, alors que les prix moyens en Suisse renchérissaient de 0,7%. Grâce au rachat de Denner, Migros a pu accroître sa part de marché de 17,9 à 18,4%. La hausse est encore plus nette dans le secteur alimentaire, où elle est passée de 23,9% à 25,1%.

Sur le front de l'emploi, Migros a augmenté ses effectifs de 3,9% l'an dernier pour atteindre un total de 82 712 collaborateurs. Cette hausse provient de l'intégration pour la première fois de Denner et de la Banque Migros dans le périmètre de consolidation. Sans ces deux éléments, l'effectif du personnel accuserait en réalité une baisse de 2%, à l'instar de la tendance observée ces dernières années.

Pour affronter au mieux l'avenir, Migros entend jouer la carte du «bien-être» en s'affirmant comme l'entreprise qui contribue le plus à l'amélioration de la qualité de la vie.

Par ailleurs, l'année 2008 a débuté dans d'excellentes conditions, a précisé le groupe. Denner a notamment maintenu son rythme de croissance élevé. Migros table pour l'exercice en cours sur une croissance de près de 10%. / ats