Réservé aux abonnés

L’agriculture italienne et ses plaies

Ouvriers exploités et payés une misère: c’est le visage de l’économie rurale sur laquelle pèse l’ombre de la mafia.
18 sept. 2019, 00:01
DATA_ART_13076879

Chaque été, des milliers d’ouvriers agricoles africains, bulgares ou roumains viennent ramasser, en Italie, tomates ou pastèques sous un soleil de plomb. Selon une étude du syndicat CGIL-Flai, 400 000 travail-leurs agricoles sont exposés, dans la Péninsule, à un risque de travail irrégulier et d’exploitation, dont plus de 100 000 se trouvent dans une situation de «grave vulnérabilité». S’ils sont, en majorité, étrangers, des Italiens sont aussi concernés.

«Ces gens sont réduits en esclavage», via le ‘caporalato’», dénonce Jean-René Bilongo, responsable de la question des pol...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois