La Suisse va débloquer dix milliards pour le FMI

26 avr. 2009, 10:21

La Suisse va alimenter les ressources du Fonds monétaire international (FMI) à hauteur de 10 milliards de francs. Le FMI «aide à surmonter la crise», a affirmé à Washington le président de la Confédération Hans-Rudolf Merz.

En compagnie de la ministre de l'économie Doris Leuthard et du président de la Banque nationale suisse (BNS) Jean-Pierre Roth, Hans-Rudolf Merz s'est montré très content des résultats obtenus lors de sa visite hier dans la capitale américaine, à l'occasion de l'Assemblée de printemps du FMI et de la Banque mondiale (BM).

Au total, le FMI a obtenu un accroissement de ses ressources de 750 milliards de dollars, dont une ligne de crédit de 10 milliards de francs de la part de la Confédération. La Suisse espère ainsi conserver son siège au sein du conseil exécutif de l'organisation.

Hans-Rudolf Merz et Doris Leuthard se sont de plus prononcés en faveur d'une  augmentation des droits de tirages spéciaux (DTS, l'unité de compte du FMI). Selon eux, la Suisse pourrait ainsi profiter de 3,5  milliards de francs.

Amélioration l'an prochain
Le président de la Confédération a en outre déclaré que des indicateurs de l'économie globale laisser entrevoir que la crise n'allait pas empirer. Selon lui, si ses effets ne se sont pas encore fait sentir dans toute leur ampleur, le ralentissement de la croissance est toutefois déjà moins marqué.

«Nous espérons une amélioration de la situation internationale dans le courant de l'année prochaine», a-t-il dit. Un pronostic qui se veut également valable pour la Suisse.

«En comparaison, à certains de ses voisins, et en particulier l'Allemagne, la Suisse se porte un peu mieux», a relevé pour sa part Jean-Pierre Roth. «Notre pays se trouve certes au bord de la déflation mais il tente de lutter contre cela», a-t-il ajouté.

L'OCDE tancée
Lors d'un entretien avec le secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) Angel Gurria, Hans-Rudolf Merz a vigoureusement tancé l'organisation. Angel Gurria avait accepté le mandat des pays du G20, d'établir une liste noire ainsi qu'une liste grise, sur laquelle figure la Suisse, des paradis fiscaux.

La Suisse, pourtant membre de l'OCDE, n'a pas été mise au courant de cette procédure, a critiqué le président de la Confédération. Il a indiqué qu'Angel Gurria allait recevoir une lettre de protestation de la Confédération la semaine prochaine. /ats