Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

La Belgique attaque à son tour le numéro un bancaire suisse

Le patron de la filiale belge de l'UBS a été "privé de liberté" pour fraude fiscale grave et appartenance à une organisation criminelle.

20 juin 2014, 00:01
data_art_8165055.jpg

L'étoile d'UBS n'en finit plus de pâlir. Après les Etats-Unis, l'Allemagne et la France, c'est en Belgique que la grande banque suisse, qui tente cahin-caha de se refaire une virginité à l'échelle internationale, est attaquée de front par la justice, pour fraude fiscale.

"Arrestator", tel qu'il est surnommé dans le milieu judiciaire belge, a de nouveau frappé. Le juge d'instruction bruxellois Michel Claise, un grand spécialiste de la criminalité financière, a ordonné hier de priver de liberté - d'arrêter, en clair, fût-ce provisoirement le directeur de la succursale belge d'UBS, Marcel Bruehwiler. Il est suspecté de blanchiment d'argent, de fraude fiscale, d'appartenance à une organisation criminelle et d'exercice illégal de la profession d'intermédiaire financier en Belgique.

Dénoncé par ses anciens employés

Le patron d'UBS Belgium paie le s pots cassés de certains agissements passés de sa banque, au cours des dix dernières années, qui représentent un secret de polichinelle. Alors...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias