Votre publicité ici avec IMPACT_medias

L'emploi peine à suivre

La croissance économique devrait se renforcer au cours du premier semestre 2006. Mais le chômage ne diminuera pas forcément La croissance de l'économie suisse devrait se poursuivre durant les trois à six prochains mois, estime le KOF, l'institut de recherches conjoncturelles de l'EPFZ. La reprise a gagné en vigueur au 4e trimestre 2005 dans tous les secteurs.

12 févr. 2006, 12:00

De nombreux indicateurs laissent penser que l'actuelle prévision de croissance du produit intérieur brut de 1,5% pour 2006 pourrait bien devoir être revue à la hausse ce printemps, a précisé hier à Zurich Jan-Egbert Sturm, le nouveau directeur du KOF. Mais le successeur de Bernd Schips a fait preuve d'une plus grande retenue en ce qui concerne le taux de chômage.

Evolution d'ensemble

Même si les taux d'occupation devraient progresser, leur effet sur le taux de chômage dépendra aussi de l'ampleur du flux de main-d'oeuvre étrangère spécialisée.

Reste que dans sa dernière enquête menée en janvier auprès de 7800 sociétés, le KOF signale une évolution favorable pour l'ensemble des secteurs économiques. Au cours du dernier trimestre, l'industrie a continué de présenter un accroissement de sa production, couplé à une exploitation accrue des capacités disponibles.

Phénomène nouveau pour le secteur, la différence entre les entreprises orientées vers le marché intérieur et celles tournées vers l'exportation s'est réduite. Les premières ont ainsi jugé de manière nettement plus favorable l'évolution de leurs affaires.

Et le KOF attend un impact de cette situation en matière d'emploi. Certes, les effectifs dans l'industrie ne devraient pas encore augmenter, mais les jugements positifs quant à la marche future des affaires devraient limiter les suppressions d'emplois durant le semestre en cours. L'embellie s'est aussi faite ressentir dans les services. Ainsi les restaurants sont parvenus à stabiliser leur chiffre d'affaires durant le 4e trimestre 2005. Ils ont ainsi soutenu l'ensemble de la branche, les établissements hôteliers ayant de leur côté pu accroître leurs revenus depuis plus d'un an.

Indice de globalisation

L'institut zurichois a également présenté un nouvel indice, mesurant le degré d'intégration à l'économie globale de 123 pays. La Suisse se classe au 9e rang. Les Etats-Unis, la Suède et le Canada se hissent sur les trois plus hautes marches du podium. Suivent le Royaume-Uni, le Luxembourg, l'Autriche, la France et l'Australie.

L'indice de globalisation du KOF prend en compte les dimensions sociale, économique et politique de la mondialisation. Le classement dévoilé hier se base sur des chiffres de 2003.

En ne considérant que les aspects économiques de la globalisation, la Suisse pointe en 7e position. Le Luxembourg arrive en tête, devant Hong Kong et l'Irlande. / ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias