Girard-Perregaux réhabilite le quartz

20 janv. 2010, 10:16

Surprise: alors Girard-Perregaux avait l'habitude, à Genève, de présenter de la haute horlogerie mécanique, elle lance cette année un pari audacieux, avec une série limitée de pièces munies d'un mouvement à quartz. Un clin d'½il pour un 40e anniversaire, celui de la première montre bracelet à quartz commercialisée par l'entreprise chaux-de-fonnière en 1970. A la fin des années 60, ce développement s'était fait en solo, à l'écart du projet mené par les 32 partenaires du Centre électronique horloger (CEH) et qui avait abouti à la mise au point de la Beta 21.

Le succès a été rapidement au rendez-vous: en 1972, GP avait déjà fabriqué sa montre à quartz à 20 000 exemplaires. Et aujourd'hui, c'est cet avant-gardisme que veut rappeler l'entreprise, en proposant 40 pièces «Laureato» dotées d'un nouveau calibre, à quartz, mais travaillé aussi finement et en soignant les détails qu'un mouvement mécanique. «C'est une petite provocation», sourit Xavier Markl, directeur marketing de Girard-Perregaux. «Le quartz est souvent vu d'un point de vue négatif, mais nous voulons montrer que c'est un développement plus technique qu'il n'y paraît, tout en rappelant le rôle pionnier joué par Girard-Perregaux dans cette technologie qui a révolutionné l'horlogerie» /frk