Votre publicité ici avec IMPACT_medias
Réservé aux abonnés

Foire d’empoigne entre villes

La question de l’imposition des entreprises divise les municipalités, qui se sentent délaissées. Les arguments restent très gauche-droite.

21 déc. 2016, 01:50
VORSCHAU AUF DIE ABSTIMMUNG VOM 24. FEBRUAR 2008 -  Die Unternehmenssteuerreform II will die Besteuerung der ausgeschuetteten Unternehmensgewinne mildern, an der Substanz von Unternehmen zehrende Steuern abbauen und Personenunternehmen von steuerlichen Zwaengen befreien. Gegen die Vorlage ist das Referendum ergriffen worden. - Eine Mitarbeiterin der Ruckstuhl Elektrotech AG in Adliswil, Schweiz, bedient einen Taschenrechner, im Hintergrund ein Schreibtisch mit Dokumenten, aufgenommen am 16. Januar 2008. (KEYSTONE/Martin Ruetschi)
 ABSTIMMUNG UNTERNEHMENSSTEUERREFORM II

Après les villes et les communes «pour», voici les villes et les communes «contre». En votation le 12 février, la troisième réforme de l’imposition des entreprises (RIE III) échauffe les esprits. Et divise les municipalités. Illustration.

A 11h hier, le comité des cités prônant le non commence à présenter ses arguments aux médias. Quelques minutes plus tard, alors que la conférence de presse bat son plein, son homologue plaidant pour le oui fait parvenir un communiqué au ton sec. «Notre comité fait part de son mécontentement à l’égard des réserves exprimées aujourd’hui par quelques représentants de villes.»

Fait piquant, le conseiller municipal de Zurich Filippo Leutenegger (PLR) s’engage au sein de l’alliance favorable à la loi fédérale de la RIE III. Dans le même temps, son collègue de l’exécutif communal, Daniel Leupi (Verts), lutte dans l’autre groupement.

Le spectre des «trous»

Le cas est symptomatique. Très partagé, la direction de...

Votre publicité ici avec IMPACT_medias