Le rythme au bout du stylet

A l'heure où la Wii apporte le jeu pour tout le monde dans les foyers les plus récalcitrants, la qualité des productions baisse nettement. «Rhythm Paradise» pour la DS de Nintendo est donc une excellente surprise malgré son orientation «tous publics».
09 mai 2009, 08:19

«Rhythm Paradise» débarque tout droit du Japon avec ses graphismes mignons et colorés. Sa recette mélange habilement originalité, humour et musique rythmée.

Une fois que vous avez tourné la Nintendo DS comme un livre, le jeu vous embarque dans des petits scénarios bien marrants où l'écran tactile demande de tapoter, gratter ou tournoyer. Le plus important étant de le faire dans le bon tempo selon des explications toujours claires. En effet, la démonstration proposée avant chaque épreuve démontre la volonté des développeurs de mettre tout le monde à l'aise.

Le jeu impose une constante: la simplicité. Des visuels dépouillés, des actions binaires et des musiques efficaces. L'influence de «Wario Ware» ou de «Brain Training» paraît évidente dès les premiers instants.

L'humour s'ajoute comme la cerise sur le gâteau sans manquer son coup. Franchement, les choristes sont à hurler de rire. Alignés devant le chef d'orchestre, vous dirigez le troisième qui doit chanter au bon moment selon ses deux compères. Vous devez maintenir le stylet appuyé et votre personnage chante lorsque vous le levez. Un concept binaire mais diablement efficace et surtout pas aussi facile qu'il n'y paraît.

Un exemple sur plus de cinquante minijeux le plus souvent inventifs. La danse nuptiale des lézards qui agitent leur queue en même temps, le jardinier qui tape du pied (appuyer le stylet) pour récolter ses légumes avant de les balancer dans son sac (faire glisser le stylet) ou jouer le fan lors d'un concert en tapant des mains sont autant d'exemples d'originalité.

En toute logique «Rhythm Paradise» sur DS s'oriente vers un succès à l'image du carton réalisé au Japon. /LCR

«Rhythm Paradise» (Nintendo)
Machines: Nintendo DS
Age conseillé: dès 6 ans
Appréciation: 16/20