Batman, héros du jeu de l'année

Les jeux basés sur des licences connues ne valent rien... Foutaise! «Batman Arkham Asylum» balaie les préjugés pour le plus grand plaisir des fans.
29 août 2009, 08:54

Oui, c'est bien lui. Le torse bombé, les épaules larges comme l'armoire de grand-mère et deux pointes sur la tête, l'homme chauve-souris reprend du service dans «Batman Arkham Asylum». Les aventures du héros de Gotham n'ont jamais été aussi noires, aussi crédibles et aussi agréables à vivre.

Suite à une arrestation trop facile, Batman escorte le Joker dans l'asile psychiatrique de haute sécurité d'Arkham. Mais le scénario était monté de toutes pièces par le Joker qui prend en otage tout l'établissement.

Vos actions mélangent l'infiltration, la recherche et les combats à l'arme blanche. Les affrontements, qui concernent plusieurs adversaires en même temps, bénéficient d'une mise en scène et d'une prise en main grisante. En deux touches, le studio Rockstady rythme les coups avec une facilité déconcertante. Batman saute, frappe, fait des vrilles et des coups spéciaux en surprenant même celui qui tient la manette. C'est simple, efficace, agréable et beau à la fois. Les joueurs n'avaient plus vu une telle accessibilité depuis «Assasins Creed».

En dehors des combats, l'infiltration est mise à l'honneur. Ne possédant pas d'arme à feu, notre héros doit éviter les adversaires armés. Ou, plus subtil, les éliminer par en dessus, pendu à une corniche. Egalement au choix, l'approche discrète par-derrière et le passage par des conduits dans le sol. Bref, une fois repérés, les sbires du Joker n'ont plus beaucoup de temps à vivre.

Mais ce n'est pas fini! Bien cachés, de nombreux objets révèlent des bandes-son, des fiches complètes sur les adversaires, des figurines et débloquent des défis dans le menu principal. Il y a même les énigmes de l'Homme mystère.

Les découvertes et les adversaires éliminés remplissent une jauge de points qui permet de débloquer une grande quantité de pouvoirs. De plus, l'ambiance glauque de l'asile de fous profite d'une bande sonore de bonne facture et de doublage en français impeccables.

Il n'y a guère que les fans de multijoueur et de jeu en ligne qui remarqueront ces absences. De notre côté, nous préférons un mode en ligne absent que mauvais.

Au final, c'est avec une facilité déconcertante que Batman enfile le costume de jeu de l'année dans son domaine. /LCR

«Batman Arkham Asylum» (Eidos)
Machine: XBox 360, PC et PS3
Age conseillé: dès 16 ans
Appréciation: 19 /20