Blanchiment d’argent: 228 arrestations lors d’une opération de police internationale, la Suisse concernée

Une opération policière étendue sur 3 mois a mené à l’arrestation de près de 228 personnes impliquées dans un vaste réseau de blanchiment d’argent. En Suisse 175 personnes, passeurs ou recruteurs, ont été identifiés, notamment dans le canton de Vaud.

04 déc. 2019, 11:31
epa07829897 Counterfeit money captured by the Criminal Investigation Police (PJ) in Operation Deep Money is diplayed at the Judicial Police Building in Lisbon, Portugal, 09 September 2019. In collaboration with EUROPOL, PJ has uncovered one of the largest European networks for counterfeit currencies. Five people were arrested and more than 1,800 counterfeit 50 and 10 euro banknotes seized. EPA/MARIO CRUZ

Deux personnes ont été arrêtées à Zurich dans le cadre d'une opération anti-blanchiment à l'échelle mondiale visant des "mules financières". En Suisse, quelque 175 personnes ont été identifiées dans les cantons de Vaud, Zurich, Argovie et Bâle.

Parmi ces "passeurs d'argent", 78 personnes avaient aussi un rôle de "recruteurs", a indiqué mercredi à l'agence Keystone-ATS Anne-Florence Débois, porte-parole à l'Office fédéral de la police (Fedpol). Ce dernier a eu un rôle de coordination entre l'agence européenne de police Europol et les cantons.

 

 

Europol a annoncé mercredi que les polices de 31 pays, dont la Suisse, ont appréhendé 228 personnes et identifié plus de 3800 "mules financières" dans le cadre d'une vaste opération contre le blanchiment d'argent.

L'opération, qui a été menée de septembre à novembre, a conduit à l'ouverture de plus de 1000 enquêtes criminelles et a permis d'éviter "une perte totale de 12,9 millions d'euros", a déclaré Europol dans un communiqué.

Actifs sur les réseaux sociaux

Les "mules financières" prennent souvent part à des activités de blanchiment d'argent à leur insu, en recevant et en transférant de l'argent obtenu illégalement, a expliqué Europol.

Les recruteurs, particulièrement actifs sur les réseaux sociaux, arrivent à convaincre leurs victimes "d'ouvrir des comptes bancaires sous prétexte d'envoyer ou de recevoir des fonds", selon Europol.

L'opération a été menée dans 31 pays, dont l'Allemagne, la Belgique, l'Espagne, la Suisse, le Royaume-Uni, les Etats-Unis et l'Australie.