Votre publicité ici avec IMPACT_medias

Attirer les touristes au pays

En raison de la bonne tenue de la monnaie, Suisse Tourisme s'apprête à investir 48 millions pour réussir au mieux la saison estivale.

16 avr. 2011, 12:27

Un franc fort et des pays européens en mauvaise posture économique: l'été ne s'annonce pas rose pour le tourisme en Suisse. Afin de remédier à cette situation, Suisse Tourisme lance la campagne estivale la plus chère de son histoire et mise sur les voyages urbains.

«La campagne est budgétée à 48 millions de francs», a indiqué hier le directeur de Suisse Tourisme, Jürg Schmid, devant les médias à Zurich. «Mais malgré les efforts déployés, le nombre de nuitées devrait diminuer de 1 à 3% par rapport à l'été 2010», prédit- il.

C'est dans cette fourchette que se situe aussi la baisse du nombre de nuitées cet hiver. Entre novembre et février, l'occupation des chambres d'hôtel a diminué de 2% par rapport à l'année précédente.

Ce taux pourrait atteindre jusqu'à 3% d'ici la fin officielle de la saison en avril. «Ces résultats sont toutefois solides», relativise Daniela Bär, responsable de la communication de Suisse Tourisme. En effet, la saison 2009-2010 avait enregistré une affluence record.

Tourisme urbain florissant

Alors que les régions alpines ont gravement souffert de la conjoncture avec un recul de 6,1% des nuitées cet hiver, «les villes semblent moins sensibles aux conséquences du franc fort», remarque Daniela Bär. Le nombre de nuitées en région urbaine a même augmenté de 2,2% entre novembre et février par rapport à l'année précédente. Sur dix ans, le tourisme urbain a connu une croissance plus intense que dans les autres régions. Les villes ont enregistré un bond de 12,9% des nuitées contre une augmentation générale de 3,4%. Suisse Tourisme a donc décidé de mettre en avant les villes pour sa campagne estivale. Une brochure de 80 pages, résumant le meilleur des activités dans 23 villes helvétiques, sera distribuée en Suisse et dans six autres pays.

Les moyens de télécommunications virtuels sont également mis à contribution. Une application avec fonction de guide touristique est téléchargeable sur iPhone alors qu'une page sur Facebook vente les vacances loin des réseaux sociaux.

Pour lutter contre le franc fort, Suisse Tourisme compte en outre sur un crédit de la Confédération alloué à cet effet. Le Parlement devrait se prononcer en juin sur une somme de 12 millions destinée au tourisme. / ats

Votre publicité ici avec IMPACT_medias