Réservé aux abonnés

Année record pour les soupçons de blanchiment d'argent sale

En 2014, le bureau fédéral a reçu plus de 1700 communications de la part des intermédiaires financiers. Ce droit fait sa place.

29 avr. 2015, 00:01
data_art_9071439.jpg

L'argent sale que certaines personnes tentent de blanchir en Suisse provient en grande majorité d'escroqueries. C'est un des enseignements qu'on peut tirer du rapport du Mros, publié hier. La corruption ou le "phishing" sont aussi utilisés pour se procurer frauduleusement de l'argent.

Les exemples présentés par le bureau fédéral ne manquent pas de piquant. Il y a du classique. Comme ce PDG d'une entreprise étrangère se servant d'un intermédiaire pour vendre plus d'un million d'actions de sa société la veille de l'annonce de mauvais résultats. Le délit d'initié a été dénoncé par la banque.

Homm...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois