Votations fédérales: c'est bientôt la fin du suspense pour "No Billag"

Ce dimanche, les Suisses décident du sort de l'initiative "No Billag", qui a été l'objet d'une campagne très intense. La prolongation de la TVA et de l'impôt fédéral direct est l'autre sujet au menu du jour.
04 mars 2018, 08:18
/ Màj. le 04 mars 2018 à 08:18
Les derniers sondages prédisent un échec assez clair de l'initiative qui empêcherait la Confédération de prélever une redevance de réception, subventionner une chaîne de radio ou de télévision ou en exploiter en temps de paix.

Après une campagne très intense, les Suisses tranchent ce dimanche le sort de l'initiative "No Billag" visant à supprimer la redevance radio-TV. L'autre sujet au menu des votations fédérales est la prolongation de la TVA et de l'impôt fédéral direct.

La SSR focalise toutes les attentions, mais n'est pas la seule à trembler: 21 radios locales et 13 télévisions régionales reçoivent aussi une part de la redevance. Les derniers sondages prédisent un échec assez clair de l'initiative qui empêcherait la Confédération de prélever une redevance de réception, subventionner une chaîne de radio ou de télévision ou en exploiter en temps de paix.

 

 

Ce tournant vers une offre de pur marché est soutenu par des ultra-libéraux. Ils ont reçu l'appui de la droite conservatrice. Après avoir surfé en tête des intentions de vote, le "oui" semble avoir cédé devant le front du refus réunissant la gauche, le PDC, les petits partis de centre-droit ainsi qu'une majorité du PLR. Les opposants ont défendu la nécessité d'un service public dans toute la Suisse.

Le débat sera loin d'être fini dimanche soir. Ce n'est pas le cas pour l'autre sujet au menu des votations fédérales. Les Suisses sont priés d'accepter que le prélèvement de la TVA et de l'impôt fédéral direct soit prolongé jusqu'à fin 2035. La Constitution actuelle doit être modifiée car elle ne l'autorise que jusqu'à fin 2021. Mais la révision n'est guère contestée. Elle n'entraînera pas de hausse d'impôts.