Soins infirmiers: pour le PLR, le Centre et l’UDC, Berne n’a pas à régler les salaires

Un comité interpartis a donné vendredi ses arguments pour voter non à l’initiative «pour les soins infirmiers forts». Selon lui, le contre-projet préparé par le Parlement suffirait à renforcer le secteur, sans toucher aux salaires. Les Suisses trancheront le 28 novembre prochain.
22 oct. 2021, 09:21
/ Màj. le 22 oct. 2021 à 13:34
Le conseiller national PLR valaisan Philippe Nantermod (2e depuis la droite) s'est notamment exprimé à Berne vendredi.

L’initiative «pour les soins infirmiers forts» va trop loin en demandant à la Confédération de régler les salaires et les conditions de travail. Le comité interpartis regroupant le PLR, le Centre et l’UDC table sur le contre-projet du Parlement qui pourrait être mis en oeuvre plus rapidement.

A lire aussi: Soins infirmiers: l’initiative va trop loin pour le Conseil fédéral

La situation du personnel infirmier doit être améliorée et personne ne le conteste, a avancé vendredi le conseiller national Philippe Nantermod (PLR/VS) face aux médias. Mais l’initiative n’est pas la bonne voie pour y parvenir.



Il n’appartient pas à la Confédération de fixer des salaires. C’est le travail des partenaires sociaux et la Confédération n’en est pas un, a rappelé le Valaisan. Elle n’emploie pas d’infirmiers et n’exploite pas d’hôpitaux ou d’EMS.

Si on accepte la revendication des infirmiers, pourquoi pas pour toutes les professions qui s’estiment insuffisamment payées?
 Philippe Nantermod, conseiller national (PLR/VS))

L’initiative est un «poison pour notre système» et ouvre la boîte de Pandore, a argué M. Nantermod. «Si on accepte la revendication des infirmiers, pourquoi pas pour toutes les professions qui s’estiment insuffisamment payées?»

«Non n’est pas non»

«Qui dit non à l’initiative, ne dit pas non au renforcement des infirmiers», a rappelé la sénatrice Brigitte Häberli-Koller (Centre/TG). Le contre-projet indirect prend en compte toutes les préoccupations des infirmiers qui peuvent être réglées au niveau de la Confédération.

Qui dit non à l’initiative, ne dit pas non au renforcement des infirmiers.
Brigitte Häberli-Koller, conseillère aux Etats (Centre/TG)

Un milliard de francs sera injecté pour former les professionnels. Cette enveloppe profitera aux infirmiers en formation, aux personnes qui souhaitent se réorienter. Les instituts de formation seront également soutenus et pourront proposer davantage de places.

A lire aussi: Votations fédérales du 28 novembre: vers un oui clair à la loi Covid-19 et aux soins infirmiers

Selon le dernier sondage, l’initiative a toutes ses chances lors des votations du 28 novembre. Elle est actuellement soutenue par plus de trois quarts de la population. Si le peuple devait la refuser, le contre-projet entrerait en vigueur.