Votations fédérales du 28 février 2016
 29.01.2016, 13:32

Votations: pour l'UDC, l'initiative sur l'expulsion des criminels étrangers respecte la volonté du peuple

chargement
Adrian Amstutz, Barbara Steinemann et Oskar Freysinger ont défendu l'initiative de leur parti.

Campagne Après les opposants, c'était au tour de l'UDC, ce vendredi, de défendre son initiative sur l'expulsion des criminels étrangers. Elle assure que les exemples donnés par ses adversaires ne sont pas consistants.

Le débat concernant l'initiative sur les criminels étrangers soumise au vote le 28 février est biaisé, a dénoncé vendredi l'UDC devant la presse. Mais le parti estime que le peuple saura faire la part des choses s'il dispose des informations nécessaires.

La volonté exprimée par les Suisses en 2010 doit enfin être mise en oeuvre, a expliqué le chef du groupe parlementaire Adrian Amstutz. Le peuple avait alors soutenu l'initiative du parti pour le renvoi des criminels étrangers et refusé un contre-projet qui autorisait les juges à renoncer à une expulsion dans les cas de rigueur.

Or le Parlement a de nouveau prévu une telle clause dans la loi d'application de l'initiative. "C'est le scandale historique de toute l'histoire", a tonné le conseiller national bernois. Les juges trouveront toujours une excuse pour ne pas expulser quelqu'un, a attaqué le conseiller d'Etat valaisan Oskar Freysinger.

Pression sur le Parlement

Le parti a préféré miser sur sa nouvelle initiative dite "de mise en oeuvre" car s'il avait lancé le référendum contre la loi et obtenu gain de cause, on serait revenu à la case départ, a argumenté M.Amstutz. L'UDC oublie de dire qu'elle voulait d'abord faire pression pour que le Parlement reprenne ses propositions dans la loi.

Celui-ci n'ayant pas obtempéré, la seconde initiative a été maintenue. Les initiants reconnaissent que le texte concocté par le Parlement serait "un léger progrès" par rapport à la situation actuelle. Selon les estimations, il pourrait entraîner quelque 4000 renvois alors que le chiffre monterait à 10'000 avec l'initiative de mise en oeuvre.

Ce texte précise que l'expulsion sera automatique pour les étrangers auteurs de délits graves (assassinats, brigandages, viols, mais aussi abus aux assurances sociales), qu'ils soient récidivistes ou non.

Le renvoi devrait aussi frapper les délinquants qui commettent à plusieurs reprises des délits affectant principalement l'ordre et la sécurité publics (menaces contre les autorités, rixes, lésions corporelles simples). Seule exception, l'expulsion ne pourrait être prononcée si l'acte a été commis en état de défense ou de nécessité excusable. Pas question non plus de renvoyer quelqu'un vers un pays en guerre.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

politiqueVotations du 28 février: deux "oui" pour l'UDCVotations du 28 février: deux "oui" pour l'UDC

campagneLe comité contre l'initiative UDC sur le renvoi des criminels étrangers réunit 500'000 francs en 2 joursLe comité contre l'initiative UDC sur le renvoi des criminels étrangers réunit 500'000 francs en 2 jours

Votations du 28 févrierVotations du 28 février: Oui à l'initiative PDC sur la famille. Avis tranchés sur le renvoi des criminels étrangersVotations du 28 février: Oui à l'initiative PDC sur la famille. Avis tranchés sur le renvoi des criminels étrangers

Top