Réservé aux abonnés

«Une alimentation sans poison n’est pas une demande extrême»: les initiants anti-pesticides lancent leur campagne

Doit-on bannir les pesticides de synthèse de nos cultures, de notre environnement et de nos assiettes? Plusieurs scientifiques, agriculteurs et politiques ont défendu l’initiative qui veut interdire ces «poisons». Ils appellent à voter oui le 13 juin au texte initié il y a cinq ans par des Neuchâtelois.
30 mars 2021, 17:55 / Màj. le 24 nov. 2021 à 15:51
Les initiants ont beaucoup insisté sur l'atteinte à la santé que pouvait représenter l'utilisation de pesticides de synthèse, notamment sur les enfants.

«Une alimentation sans poison n’est pas une demande extrême. C’est un droit fondamental.» La biologiste Antoinette Gilson n’y est pas allée par quatre chemins ce mardi devant les médias, à Berne, pour défendre l’initiative «Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse», taxée d’excessive par ses opposants.

A un peu moins de trois mois du scrutin, le 13 juin prochain, ils étaient plusieurs scientifiques, politiques et agriculteurs à s’exprimer pour convaincre les Suis...

Pour consulter le détail de cet article vous devez être abonné

Déjà abonné ? Se connecter
  • Accèdez à l’édition 100% digitale, aux suppléments, aux newsletters, aux enquêtes et dossiers de notre rédaction
  • Ne ratez plus rien ! Personnalisez votre Une, vos newsletters et vos alertes sur vos sujets d’intérêts
  • Soutenez une presse locale de qualité
Je m'abonne
à partir de CHF 9.- par mois