Référendum: quelque 142’800 signatures déposées contre la loi sur le terrorisme

Quelque 142’800 signatures ont été déposées contre la loi sur le terrorisme ce jeudi à Berne. Le référendum va donc aboutir, pour la plus grande joie du comité.
14 janv. 2021, 11:41
/ Màj. le 09 mars 2021 à 11:45
Plus de 87'800 paraphes sont arrivés au cours des dernières semaines.

Les jeunes Verts, la Jeunesse socialiste, les jeunes Vert’libéraux et le Parti pirate ont déposé jeudi à la Chancellerie fédérale quelque 87’800 signatures contre la loi sur le terrorisme. Au total, 142’800 paraphes ont été récoltés.

Environ 55’000 signatures ont été recueillies par les Amis de la Constitution, a indiqué à Keystone-ATS Christoph Pfluger, le porte-parole de l’association. Comme le minimum de 50’000 paraphes exigés pour un référendum est dépassé, il va donc aboutir.

 

 

«C’est un soulagement», a déclaré Oleg Gafner, co-président des jeunes Verts suisses, lors du dépôt des signatures. Il s’est réjoui du «sacré sursaut» de la population.

Le comité référendaire «Non aux détentions arbitraires» estime que la loi restreint les droits fondamentaux et les libertés individuelles. «C’est inquiétant que dans un Etat de droit la police puisse détenir des personnes de manière arbitraire», a relevé M. Gafner. Et de souligner aussi les droits des enfants: «Ils ne servent à rien s’il n’y a pas de différence avec les adultes à partir de 12 ans.»

C’est une excellente chose que la population suisse puisse se prononcer sur le bien-fondé de cette loi.
Virginie Cavalli, co-présidente des Jeunes vert’libéraux suisses

«Une formulation absurdement vague de la loi peut transformer n’importe quel citoyen en une menace terroriste», a avancé Jorgo Ananiadis, président du Parti pirate. «Ceux qui sont prêts à sacrifier les droits humains sur l’autel de la prétendue sécurité ne se battent pas pour la liberté, mais font tout le contraire», a renchéri Ronja Jansen, présidente de la Jeunesse socialiste.

«C’est donc une excellente chose que la population suisse puisse se prononcer sur le bien fondé de cette loi», a estimé Virginie Cavalli, co-présidente des Jeunes vert’libéraux suisses.