Votations fédérales du 12 février 2017
 05.06.2016, 17:28

Votations fédérales: déçus par le rejet de l'initiative "vache à lait", les opposants se tournent vers FORTA

chargement
Le peuple a refusé l'initiative à 71%.

Votations fédérales Le lobby routier, l'UDC et l'USAM ne cachaient pas leur déception après le rejet très net de l'initiative "vache à lait". Ils fourbissent désormais leurs armes en vue du débat sur le Fonds pour les routes nationales et le trafic d'agglomération (FORTA).

L'UDC, l'USAM et le lobby routier se sont montrés déçus du rejet dimanche de l'initiative pour un financement équitable de la route, contrairement à la plupart des autres partis politiques. Tous les regards se tournent désormais vers le futur Fonds routier FORTA en discussion au Parlement.

"La bataille reprend dès lundi", a averti Andreas Burgener, directeur d'auto-suisse. Il faisait allusion au Fonds pour les routes nationales et le trafic d'agglomération (FORTA) sur lequel le Conseil national se penche le 15 juin prochain. M. Burgener espère pouvoir compter sur une mise en oeuvre "autocompatible" de ce fonds routier.

"Des cercles issus de la gauche écologiste vont désormais tenter de tailler dans le fonds", craint-il. Avec le FAIF, le rail a obtenu son propre fonds. La route a également droit au sien, tonne M. Burgener.

Malgré son rejet, l'initiative aura été plus utile que jamais, rappellent en choeur le président et le directeur de l'Union suisse des arts et métiers (USAM), Jean-François Rime et Hans-Ulrich Bigler. Elle aura servi à infléchir le débat sur ce fameux fonds FORTA.

Bataille autour du prix du carburant

Le lobby routier a obtenu des avancées qu'il n'était pas près d'obtenir sans elle au Parlement. "Le plus important maintenant, c'est que le Parlement maintienne que les recettes de la taxe de base sur les carburants reviennent pour 60% au moins à la route et non 50% comme le voulait le Conseil fédéral", a déclaré Hans-Ulrich Bigler.

Il importe en outre que le prix de l'essence n'augmente pas dans les années à venir, estime l'USAM. L'UDC s'est ainsi engagée à combattre toute nouvelle hausse du prix des carburants dans le cadre du FORTA. Pour l'Automobile Club de Suisse (ACS), l'augmentation du prix de l'essence de 4 centimes par litre est le "seuil absolu de ce qui est tolérable". L'Association suisse des transports routiers (ASTAG) n'en veut elle pas.

Plusieurs milieux de l'économie, fortement dépendants de la route comme routesuisse, Commercesuisse ou la Société suisse des entrepreneurs (SSE), ont demandé que les promesses d'améliorations soient tenues. "Les livraisons à temps sont impossibles avec les embouteillages actuels. C'est pourquoi nous continuons à nous engager pour que la route reçoive ce qu'elle mérite", écrit CommerceSuisse.

"Les automobilistes ne sont pas des vaches à lait"

Chez les gagnants du jour, la satisfaction était de mise. Le peuple ne s'est pas laissé tromper par le conte de la vache à lait, a déclaré la présidente de l'ATE et conseillère nationale Evi Allemann (PS/BE). Il veut une politique raisonnable des transports publics, a renchéri Regula Rytz, présidente des Verts et conseillère nationale bernoise.

"Nous avons réussi à démontrer que les automobilistes ne sont pas les vaches à lait de la Suisse, a déclaré la première. Le peuple n'a pas voulu construire des routes sur le dos de la formation et des transports publics.

Le vote de dimanche met fin à la guerre de religion du rail contre la route, constate Filippo Lombardi (PDC/TI). Les citoyens veulent que l'on donne des moyens à la route, mais de manière équilibrée, a indiqué le conseiller aux Etats tessinois.

Cap sur FORTA

Tant le Tessinois qu'Olivier Français (PLR/VD), également conseiller à la Chambre des cantons à Berne, plaident pour faire passer le FORTA sans retard.

Mais là, d'autres lignes de fracture apparaissent. Si la marge de manoeuvre s'est rétrécie pour le lobby de la route, pas question pour autant de piller les caisses fédérales avec le FORTA, estime Evi Alleman. "Le Parlement doit revoir sa copie", estime la Bernoise qui milite pour une "solution équilibrée".

Le compromis du Conseil des Etats représente déjà une demi-vache à lait (700 millions de francs) et la commission du Conseil national veut encore charger un peu plus le bateau, craint pour sa part Regula Rytz.

"Compromis maximal"

Pour Filippo Lombardi, le Conseil des Etats a présenté un "compromis maximal" en proposant d'attribuer à la route jusqu'à 60% des recettes de la taxe de base sur les huiles minérales. Le National ne devrait pas demander davantage, selon lui.

Olivier Français redoute quant à lui les potentielles oppositions de la droite dure comme de la gauche, d'abord au Parlement puis lorsque le Fonds routier sera présenté devant le peuple. "Si on retarde encore ce projet, ce sera des centaines de millions de francs qui ne seront pas là pour les infrastructures des transports et en particulier pour les agglomérations", avertit le Vaudois.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

Votations fédéralesVotations fédérales: la participation est restée dans la moyenneVotations fédérales: la participation est restée dans la moyenne

Votations fédéralesVotations fédérales: le "oui" à la loi sur l'asile consitue une gifle pour l'UDC selon la gaucheVotations fédérales: le "oui" à la loi sur l'asile consitue une gifle pour l'UDC selon la gauche

Top