Votation fédérale du 27 novembre 2016
 26.03.2016, 15:22

Une cyberattaque contre les centrales nucléaires jugée possible

chargement
Des cyberattaques terroristes à l'encontre des centrales nucléaires pourraient avoir lieu d'ici 5 ans.

Attaque Le coordinateur de l'Union européenne pour la lutte contre le terrorisme estime que les centrales nucléaires pourraient être visées par des djihadistes. Selon lui, des tentatives d'utiliser Internet pour commettre des attentats seront une réalité d'ici 5 ans.

"Je ne serais pas étonné qu'avant cinq ans, il y ait des tentatives d'utiliser Internet pour commettre des attentats", estime Gilles de Kerchove. Le web rendrait possible la prise de contrôle du "centre de gestion d'une centrale nucléaire, d'un centre de contrôle aérien ou l'aiguillage des chemins de fer".

"A un moment donné, il y aura bien un gars" au sein de l'organisation djihadiste Etat islamique "avec un doctorat en technologie de l'information qui sera capable d'entrer dans un système", a-t-il dit.

La miniaturisation des explosifs mais également la connaissance accrue des combattants de l'Etat islamique dans les biotechnologies constituent de réelles menaces pour l'avenir, selon lui. "Que se passera-t-il quand on sera à comment élaborer un virus dans la cuisine de sa mère?", s'est-il demandé.

En revanche, M. de Kerchove a estimé que le département belge de la Défense était "assez bon" en matière de cybersécurité. "Ils n'ont, bien sûr, pas les capacités de représailles des Français, des Anglais ou des Américains, mais en cas d'attaque, je pense que notre département de la Défense est assez bon", a-t-il dit.

Il précise cependant qu'il ne sait pas "si le gouvernement" belge est "capable d'anticiper et de résoudre de grosses attaques".

 

Attaques dans les rues de Bruxelles

Des médias belges et internationaux ont rapporté vendredi que la cellule terroriste bruxelloise responsable des attentats de mardi avait prévu une attaque à l'arme de guerre dans les rues de Bruxelles, comme cela s'est passé le 13 novembre à Paris.

Toujours selon ces médias, cette cellule terroriste envisageait la fabrication d'une "bombe sale" radioactive après une surveillance vidéo par deux des kamikazes, les frères El Bakraoui, d'un "expert nucléaire" belge.

 

Mort d'un agent de sécurité

A la suite des attaques survenues mardi à Bruxelles qui ont fait 31 morts, la sécurité avait été renforcée autour des deux Centrales nucléaires de Belgique. Dans ce contexte, le quotidien La Dernière Heure a rapporté samedi qu'un agent de sécurité dans le nucléaire a été abattu et son badge volé jeudi soir dans la région de Charleroi, dans le sud de la Belgique.

Le parquet de Charleroi a exclu samedi la piste terroriste. Il a également démenti des informations parues dans la presse d'après lesquelles son badge magnétique avait été volé. Il a néanmoins été désactivé dès que les enquêteurs ont donné l'alerte, indique la chaîne de télévision publique belge VTM.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

EnquêteBruxelles: trois personnes inculpées pour terrorismeBruxelles: trois personnes inculpées pour terrorisme

AttaquesAttentats de Bruxelles: les victimes sont de 11 nationalités différentesAttentats de Bruxelles: les victimes sont de 11 nationalités différentes

Top