Union Neuchâtel
 13.11.2017, 00:01

Union craque encore sur la fin

Abonnés
chargement
L’Unioniste Spencer Parker essaie de se frayer un chemin entre les Montheysans Markel Humphrey et Uros Nikolic. Les Valaisans auront le dernier mot.

 13.11.2017, 00:01 Union craque encore sur la fin

BASKETBALL Après avoir maîtrisé leur sujet, les Neuchâtelois s’inclinent à Monthey (82-80).

«Je ne sais pas pourquoi on a perdu. Je ne peux pas comprendre. Posez-moi des questions parce que je n’ai pas envie d’analyser.» Déçu comme jamais, taciturne et agacé, le coach d’Union Vladimir Ruzicic a du mal à encaisser la défaite subie par son équipe samedi à Monthey (82-80).

Et pour cause, Union avait clairement le match en main....

«Je ne sais pas pourquoi on a perdu. Je ne peux pas comprendre. Posez-moi des questions parce que je n’ai pas envie d’analyser.» Déçu comme jamais, taciturne et agacé, le coach d’Union Vladimir Ruzicic a du mal à encaisser la défaite subie par son équipe samedi à Monthey (82-80).

Et pour cause, Union avait clairement le match en main. Après un premier quart équilibré, les Neuchâtelois ont pris les devants et semblaient contrôler la situation. A l’entame du dernier quart, ils comptaient dix points d’avance. Et pourtant…

Monthey reprenait l’avantage à 29 secondes du terme, Union revenait, n’était mené que d’un point à 20’’ de la fin (81-80) et sur ce qui aurait dû être sa dernière possession, adressait une passe… dans les tribunes! Il ne restait que deux secondes: faute, Monthey rate un lancer franc et la dernière tentative, désespérée, de Parker échoue sur le cerceau.

Mauvaise décision

«Comme contre Lugano, nous perdons sur une seule mauvaise décision», maugrée le coach. C’est vrai. Reste qu’Union a concédé sa quatrième défaite de la saison (sur huit matches), à chaque fois contre un des demi-finalistes de la saison passée, à savoir Fribourg, Genève, Lugano et Monthey.

D’ailleurs lors d’une question posée sur ce sujet à Mikaël Maruotto (auteur d’un impressionnant 5 sur 6 à trois points) – «Est-ce qu’Union ressent une sorte de blocage mental face aux ténors du championnat?» – Ruzicic quitte la conférence de presse. Pour revenir peu après, certes, mais cela indique le niveau de frustration qui est le sien et celui de son équipe. Si proche d’un succès qui pourrait servir de déclencheur, mais qui n’arrive pas.

Maruotto, lui, ne se cache pas. Il aurait aimé vivre un autre dénouement pour son retour dans la salle qui l’a vu devenir champion de Suisse au printemps. «Dans le dernier quart, nous avons fait n’importe quoi en attaque. Oui, nous devons devenir plus forts dans la tête. Cela fait deux fois que nous perdons de justesse des matches importants (réd: Lugano a gagné d’un point à la Riveraine la semaine passée). La saison est encore longue, mais ces défaites font mal. C’est d’autant plus dommage que nous avons proposé un bon basket.»

Indiscutable. Tout comme il convient de louer les qualités de cœur des Valaisans, pour empocher leur troisième succès (seulement…) de la saison en championnat. «Cela fait désormais trois matches que nous mettons en avant nos tripes et un gros caractère. Maintenant, il faut commencer à jouer davantage avec notre cerveau», indique Patrick Pembele, coach assistant de Monthey, en charge de l’équipe à cause de la suspension de Branko Milisavljevic.

Contingent mouvant?

Cela a été réalisé en fin de rencontre. «Nous avons compris que notre salut passait par une hausse du rythme. Il fallait que nous bousculions Union, nous forcions les Neuchâtelois à sortir de leur zone de confort» , indique l’Américain de Monthey Lon Gibson. «Nous y sommes parvenus, aussi parce que, même s’ils étaient devant, nos adversaires n’ont jamais réussi à ‘faire le break’ (réd: 12 points d’avance au maximum). En plus, nous avons trouvé le moyen de bloquer Maruotto», complète Patrick Pembele.

Union, qui descend au sixième rang en SB League, disposera à présent de trois semaines pour «travailler dur et continuer à améliorer les automatismes dans l’équipe», lâche Vladimir Ruzicic. Et, d’ici la venue de Pully Lausanne à la Riveraine le 1er décembre, le contingent unioniste risque encore de bouger. Il est en effet tout sauf acquis qu’Antonio Ballard reste à Neuchâtel (lire ci-dessous).

monthey - union neuchâtel 82-80 (14-12 16-28 25-25 27-15)

Reposieux: 685 spectateurs.

Arbitres: Novakovic, Stojcev et Hüsler.

Monthey: Humphrey (18), Kazadi (11), Martin (6), Dubas (16), Nikolic (18); Gibson (11), Granvorka (0), Kashama (2), Blaser (0).

Union Neuchâtel: Parker (11), Taylor (7), Savoy (18), Monteiro (2), Williamson (11); Maruotto (16), Colon (8), Ballard (7), Olaniyi (0).

Notes: Monthey sans Katnic, Henry, Maza, Fritschi (blessés) ni le coach Milisavljevic (suspendu). Union Neuchâtel sans Fongué (blessé) ni Osmanaj (surnuméraire). Humphrey et Parker portent le maillot de top-scorer. 25’53’’: faute antisportive sifflée à Dubas. Uros Nikolic et Bryan Savoy désignés meilleur joueur de chaque équipe.

En chiffres: Monthey réussit 29 tirs sur 63 (46%) dont 25 sur 48 (52%) à deux points et 4 sur 15 (26,7%) à trois points, ainsi que 20 lancers francs sur 28 (71,4%); 43 rebonds (12 offensifs, 31 défensifs), 16 passes décisives, 11 balles perdues. Union Neuchâtel réussit 25 tirs sur 67 (41,5%) dont 20 sur 42 (47,6%) à deux points et 7 sur 23 (30,4%) à trois points ainsi que 19 lancers francs sur 27 (70,4%); 34 rebonds (10 offensifs et 24 défensifs), 11 passes décisives, 11 balles perdues.

Au tableau: 5e: 7-6; 10e: 14-12; 15e: 18-24; 20e: 30-40; 25e: 44-52; 30e: 55-65; 35e: 70-70.

au rebond

merci judo Trois semaines de pause en pleine saison, c’est inhabituel. Si un week-end libre est dû à l’équipe nationale, l’autre découle d’un problème de salle. Ni celle des Vaudois ni la Riveraine – occupée pour les championnats de Suisse individuels de judo – n’est disponible le week-end prochain. D’où la pause forcée.

au revoir ballard? A Monthey, Antonio Ballard a disputé le dernier match prévu par son contrat avec Union. Celui-ci sera-t-il prolongé? Peu probable, selon nos informations. D’abord parce que, à l’arrêt depuis le printemps, le joueur n’a pas encore retrouvé l’intégralité de ses moyens physiques. Ensuite, pour une question de poste. Souvent dominé au rebond, Union aurait davantage besoin d’un véritable intérieur pour succéder à Ramseier. Etranger, évidemment.


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top