09.08.2019, 05:30

Rénover les bâtiments de l’Etat de Neuchâtel va coûter bonbon

Premium
chargement
Le "nouveau" bâtiment du lycée Denis-de-Rougemont, à Neuchatel, doit être assaini en priorité.

Climat Pour le contribuable neuchâtelois, il est temps de payer la facture des Trente Glorieuses. Il en coûtera des millions pour que des bâtiments publics ne soient plus des gouffres énergétiques.

Il n’y a pas que sur les routes et les rails neuchâtelois qu’un manque d’investissements doit être comblé. Le parc immobilier de l’Etat a aussi un urgent besoin de rattrapage. C’est l’occasion de mettre fin au gaspillage énergétique hérité des Trente Glorieuses, cette période de forte croissance économique de l’après-guerre.

Cela fait au moins dix ans que les autorités politiques s’inquiètent de l’état des...

À lire aussi...

ConstructionIl y aura du boulot sur les chantiers neuchâteloisIl y aura du boulot sur les chantiers neuchâtelois

ClimatLe canton de Neuchâtel veut réussir le tournant énergétiqueLe canton de Neuchâtel veut réussir le tournant énergétique

Top