25.04.2019, 18:09

Le gouvernement neuchâtelois s’oppose à un état d’urgence climatique

chargement
Lors d'une manifestation pour le climat dans la cour du château de Neuchâtel en janvier dernier.

Politique Instaurer un état d’urgence climatique «n’est pas imaginable». Le Conseil d’Etat neuchâtelois répond ainsi à une motion populaire déposée dans le cadre de la grève des jeunes pour le climat.

«Agissez pour un avenir viable et juste!» Tel est le titre d’une motion populaire sur laquelle le Grand Conseil neuchâtelois se prononcera prochainement. Le Conseil d’Etat recommande d’ores et déjà le rejet de ce texte, signé par 1025 personnes.

Le gouvernement salue toutefois l’engagement en faveur du climat de la jeunesse, qui a défilé à plusieurs reprises dans les rues de Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds. Certains ont traduit leurs revendications politiques dans la motion qui vise à instaurer «l’état d’urgence climatique et écologique». Cela signifierait «la remise en question des libertés et droits fondamentaux des Neuchâtelois», souligne le Conseil d’Etat, ce qui «n’est pas imaginable».

La motion demande des «mesures radicales qui permettent, si nécessaire par des projets de lois ou de décrets, d’atteindre un bilan d’émissions nettes de gaz à effet de serre nul d’ici 2030». Par ailleurs, il s’agirait de mettre sur pied des «processus démocratiques permettant l’évaluation des mesures adoptées».

Des objectifs déjà assez ambitieux

Le gouvernement rappelle que le Grand Conseil a fixé des «objectifs ambitieux» en matière d’émissions de CO2: à savoir les réduire de 60% d’ici à 2035. Il explique que ces objectifs sont par exemple concrétisés au travers des subventions octroyées lors de la rénovation de bâtiments. Et de citer aussi la Stratégie mobilité 2030 et la révision de la loi cantonale sur l’énergie. Dès 2020, «un monitorage quinquennal» sera publié afin de débattre du suivi des objectifs.

Les motionnaires estiment que des mesures doivent notamment être prises pour rendre les transports publics plus attractifs et «réduire fortement» le trafic motorisé individuel. Pour diminuer les déplacements, des incitations financières devraient encourager l’implantation de commerces de proximité proposant des produits locaux.

La motion évoque des «perspectives économiques intéressantes». Si les nécessaires investissements devaient manquer de financement, elle propose d’augmenter progressivement l’impôt sur les contribuables les plus aisés, personnes morales comme physiques.


À lire aussi...

PolitiqueVers un «plan climat» à La Chaux-de-FondsVers un «plan climat» à La Chaux-de-Fonds

MobilisationNouvelle manifestation en faveur du climat à La Chaux-de-FondsNouvelle manifestation en faveur du climat à La Chaux-de-Fonds

ManifestationPrès de 2000 Neuchâtelois «plus chauds que le climat» se sont mobilisésPrès de 2000 Neuchâtelois «plus chauds que le climat» se sont mobilisés

EnvironnementPour la climatologue Martine Rebetez, La Chaux-de-Fonds connaîtra bientôt les températures de NeuchâtelPour la climatologue Martine Rebetez, La Chaux-de-Fonds connaîtra bientôt les températures de Neuchâtel

Top