19.08.2019, 00:01

«J’étais venu ici pour les glaciers»

Premium
chargement
Le climatologue Martin Beniston constate que les glaciers de Ferpècle et du mont Miné ont fortement reculé sous les assauts du réchauffement.
Par texte et photo Pierre-André sieber

CLIMAT La fonte des glaciers du mont Miné et Ferpècle (VS) montrent les effets tangibles du réchauffement.

«Glacier du mont Miné, 1960 m.» Au bout d’un sentier de moraines bordé de lauriers de Saint-Antoine roses, un écriteau fiché dans la roche sonne comme une épitaphe. «Ce jalon montre jusqu’où allait ce glacier voici un peu moins d’un siècle», se désole Martin Beniston, climatologue. «Aujourd’hui, il a reculé de 1,5 km et la langue glaciaire s’est séparée en deux.»

Au bord du lac qui s’est formé au pied des glaciers, des enfants jouent avec un seau, insouciants. Malgré ce jour d’été...

À lire aussi...

ClimatVignoble neuchâtelois: «Jusqu’à présent, le réchauffement climatique est une chance»Vignoble neuchâtelois: «Jusqu’à présent, le réchauffement climatique est une chance»

ClimatMalgré le réchauffement climatique, le pinot noir reste un cépage sûr dans le vignoble neuchâteloisMalgré le réchauffement climatique, le pinot noir reste un cépage sûr dans le vignoble neuchâtelois

EnvironnementEt si on éteignait les vitrines la nuit dans le canton de Neuchâtel?Et si on éteignait les vitrines la nuit dans le canton de Neuchâtel?

ClimatDes chercheurs neuchâtelois mettent en cause le «mythe» des migrations climatiquesDes chercheurs neuchâtelois mettent en cause le «mythe» des migrations climatiques

ClimatUne maison déconnectée faite de paille et de boisUne maison déconnectée faite de paille et de bois

Top