19.08.2019, 00:01

«J’étais venu ici pour les glaciers»

Premium
chargement
Le climatologue Martin Beniston constate que les glaciers de Ferpècle et du mont Miné ont fortement reculé sous les assauts du réchauffement.
Par texte et photo Pierre-André sieber

CLIMAT La fonte des glaciers du mont Miné et Ferpècle (VS) montrent les effets tangibles du réchauffement.

«Glacier du mont Miné, 1960 m.» Au bout d’un sentier de moraines bordé de lauriers de Saint-Antoine roses, un écriteau fiché dans la roche sonne comme une épitaphe. «Ce jalon montre jusqu’où allait ce glacier voici un peu moins d’un siècle», se désole Martin Beniston, climatologue. «Aujourd’hui, il a reculé de 1,5 km et la langue glaciaire s’est séparée en deux.»

Au bord du lac qui s’est formé au pied des glaciers, des enfants jouent avec un seau, insouciants. Malgré ce jour d’été...

Top