Points de vue
 12.03.2019, 12:00

Point de vue de Simon Frenkel: «Texaid»

chargement
Texaid revend les habits en Afrique, en Europe de l’est et sur internet.

Seconde main «Faire du business avec le don d’habits; faire du neuf avec du vieux», écrit Simon Frenkel, troubadour franco-folk, à propos de la société Texaid. Comme d’autres personnalités locales, nous l’invitons à s’exprimer régulièrement sur des sujets d’actualité.

Pourtant leur slogan est un aveu: «Faire du neuf avec du vieux.»

Texaid, entreprise privée suisse, récolte, trie et «recycle» les habits dont nous ne nous servons plus et que, dans un geste que nous croyons solidaire, offrons aux démunis. Certes, cela nous permet peut-être aussi d’un peu moins culpabiliser puisque, parmi ce que nous venons de mettre dans la benne, il y a quelques pièces relativement peu mises… 

Texaid, partenaire de six œuvres d’entraide suisses (dont la Croix-Rouge et Caritas), a des succursales en Allemagne, Autriche, Bulgarie, Hongrie et au Maroc, et enregistre un chiffre d’affaires constant à 87 millions par an et un bénéfice d’entreprise tournant autour de 1,5 million de francs.

Mais un fait attire l’attention: son patron, Martin Böschen, à en croire la presse alémanique, vient de racheter à Baar (ZG) deux villas, qu’il fait raser pour construire sur ce terrain une nouvelle villa estimée à 10 millions. Dans la foulée, son salaire de 500 000 francs est révélé.

 

Croire que ce que nous déposons dans les plus de 6000 bennes suisses soit offert à des gens dans le besoin est faux.

L’affaire permet de dissiper un malentendu: croire que ce que nous déposons dans les plus de 6000 bennes suisses soit offert à des gens dans le besoin est faux. Car Texaid revend les habits en Afrique, en Europe de l’est et sur internet. Les chiffres ne sont pas clairs, car Texaid n’est pas tenu de publier ses comptes, mais il semblerait que ce n’est qu’une petite part qui soit reversée aux associations d’entraide… 

Faire du business avec le don d’habits; faire du neuf avec du vieux. Heureusement, il existe des solutions plus locales avec, entre autres, la Grappilleuse, le CSP et Emmaüs.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

SociétéPoint de vue de Nicolas Rousseau: «Cachez ces mèches que je ne saurais voir!»Point de vue de Nicolas Rousseau: «Cachez ces mèches que je ne saurais voir!»

PolitiquePoint de vue de Denis Müller: «Compromis et résistance»Point de vue de Denis Müller: «Compromis et résistance»

CommercePoint de vue de Julien Noyer: «Green is the New Black»Point de vue de Julien Noyer: «Green is the New Black»

Proche-OrientPoint de vue de Pierre Bühler: «Qui fait durer le conflit?»Point de vue de Pierre Bühler: «Qui fait durer le conflit?»

AgriculturePoint de vue de Nicolas Turtschi: «Le lait comme symbole de résistance»Point de vue de Nicolas Turtschi: «Le lait comme symbole de résistance»

Top