Points de vue

Point de vue de Rémy Cosandey: «Le droit de veto, un instrument antidémocratique»

chargement

Institutions «A l’ONU, cinq pays bénéficient de ce privilège inacceptable», se désole Rémy Cosandey, ancien conseiller communal au Locle, en évoquant le droit de veto. Comme d’autres personnalités locales, nous l’invitons à s’exprimer sur des sujets d’actualité.

 21.01.2021, 12:00
Le Conseil de sécurité des Nations Unies à New York, le 29 avril 2004.

Le 29 novembre dernier, les citoyennes et citoyens suisses ont accepté l’initiative dite «Pour des multinationales responsables» par 50,7% des votants. Mais elle n’a pas passé la rampe car elle a fait les frais de la règle de la double majorité du peuple et des cantons. Ce résultat démontre clairement qu’il y a deux importantes différences de sensibilité en Suisse: d’une part entre la Suisse latine et la Suisse alémanique (qu’on appelle le Röstigraben), d’autre part entre les villes et les campagnes.

Le système suisse, qui exige la double majorité est juste car il protège les minorités. Mais il constitue aussi un véritable droit de veto qu’il faudrait limiter. On pourrait par exemple décider qu’une majorité du peuple de 53 à 55% permettrait d’abolir la double majorité qui est actuellement exigée.

Le droit de veto est un instrument totalement antidémocratique. A l’ONU, cinq pays bénéficient de ce privilège inacceptable. Il permet aux Etats-Unis de bloquer toutes les résolutions condamnant la politique expansionniste d’Israël et à la Chine de s’opposer à toutes les résolutions exigeant le respect des droits de l’homme.

Cette règle de l’unanimité doit être abolie.

La règle de l’unanimité pratiquée par les 27 pays membres de l’Union européenne est aussi une absurdité car certains pays (notamment la Hongrie et la Pologne), qui profitent généreusement des subventions qui sont accordées par Bruxelles, ne font preuve d’aucune solidarité vis-à-vis des pays du Sud (l’Italie, l’Espagne, le Portugal et la Grèce) dont les finances sont gravement menacées par la pauvreté et le Coronavirus.

Cette règle de l’unanimité doit être abolie et remplacée par un système de majorité par rapport à la population de l’ensemble des pays membres. De plus, les aides (que ce soit dans le domaine agricole ou au niveau des infrastructures) devraient être conditionnées au respect des droits de l’homme.

Il y a des pays qui veulent le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la fermière. Il est temps qu’on leur fasse comprendre qu’il y a des droits mais aussi des devoirs et que les deux sont intimement liés.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Fraude fiscalePoint de vue de Rémy Cosandey: «Ces milliards qui ont une odeur d’indécence»Point de vue de Rémy Cosandey: «Ces milliards qui ont une odeur d’indécence»

ReprésentativitéPoint de vue de Rémy Cosandey: «Où sont les ouvriers et les aînés?»Point de vue de Rémy Cosandey: «Où sont les ouvriers et les aînés?»

PandémiePoint de vue de Rémy Cosandey: «Créer un fonds de solidarité»Point de vue de Rémy Cosandey: «Créer un fonds de solidarité»

Point de vue«Le fossé se creuse entre le Haut et le Bas»«Le fossé se creuse entre le Haut et le Bas»

Top