Points de vue
 25.05.2020, 17:18

Point de vue de Rémy Cosandey: «Créer un fonds de solidarité»

chargement
La BNS, selon Rémy Cosandey, pourrait mettre la main à la poche.

Pandémie «Aussi bien la Confédération que les cantons ont récemment baissé la fiscalité de manière importante. Avec une partie de l’argent ainsi économisé, on pourrait créer un fonds de solidarité géré paritairement», estime Rémy Cosandey, ancien conseiller communal au Locle. Comme d’autres personnalités locales, nous l’invitons à s’exprimer sur des sujets d’actualité.

Les effets de la crise du Coronavirus seront lourds pour l’économie suisse. Qu’il s’agisse de commerces, de cafés-restaurants, d’ateliers ou de grosses entreprises, les pertes financières se chiffreront certainement en milliards de francs.

La Confédération a déjà annoncé qu’elle allait simplifier le système du chômage partiel et débloquer dix milliards de francs pour éviter des licenciements massifs et des faillites rendues inévitables par le manque de liquidités. La décision est parfaitement justifiée mais on ne peut pas s’empêcher de penser que les autorités fédérales ignorent le proverbe qui dit: «Gouverner c’est prévoir».

On pourrait aussi demander un effort aux contribuables qui possèdent une grosse fortune.

Aussi bien la Confédération que les cantons ont récemment baissé la fiscalité de manière importante. Avec une partie de l’argent ainsi économisé, on pourrait créer un fonds de solidarité géré paritairement par la Confédération (ou les cantons), les milieux patronaux (restaurateurs, associations professionnelles) et les syndicats. La Banque nationale suisse pourrait y contribuer en versant quelques-uns des 48 milliards de bénéfice qu’elle a faits en 2019.

On pourrait aussi demander un effort aux contribuables qui possèdent une grosse fortune. Et ne faisons pas peur aux gens en invoquant l’exode fiscal, car tous les millionnaires du pays devraient passer à la caisse, quel que soit le lieu de leur domicile. Le Conseil fédéral a aujourd’hui tous les pouvoirs. Saura-t-il les utiliser pour promouvoir une véritable solidarité? Où va-t-il une nouvelle fois invoquer le fédéralisme pour ne rien faire?

Les indépendants et les entreprises demandent l’aide de l’Etat, comme l’ont fait avant eux Swissair et l’UBS. Mais pourquoi faut-il toujours faire appel à la collectivité alors que, quand la conjoncture est bonne, on verse des dividendes somptuaires aux actionnaires et on prive l’Etat des ressources dont il a besoin pour accomplir ses tâches?


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

FinancesPoint de vue de Rémy Cosandey: «Les plus modestes trinquent toujours»Point de vue de Rémy Cosandey: «Les plus modestes trinquent toujours»

RéfugiésPoint de vue de Rémy Cosandey: «La dignité humaine bafouée à Lesbos»Point de vue de Rémy Cosandey: «La dignité humaine bafouée à Lesbos»

ReligionPoint de vue de Rémy Cosandey: «Ils osent se dire chrétiens!»Point de vue de Rémy Cosandey: «Ils osent se dire chrétiens!»

SoutienCoronavirus: le National donne son feu vert à 57 milliards de francsCoronavirus: le National donne son feu vert à 57 milliards de francs

Top