Points de vue
 01.11.2018, 10:53

Point de vue de François Bonnet: "Et si on mettait un peu d'ordre?"

chargement
Le peuple suisse se prononce le 25 novembre sur l'initiative dite des vaches à cornes.

Forum "Cet aspect très particulier de nos rapports aux animaux n’a rien à faire dans la Constitution", estime François Bonnet, rédacteur écrivain, à propos de l'initiative sur les vaches à cornes. Découvrez son point de vue: comme d’autres personnalités locales, nous l’invitons à s’exprimer régulièrement sur des sujets d’actualité.

Certes, la question de l’absence ou de la présence de cornes sur la tête des vaches et des chèvres, ainsi que du rôle que les humains jouent en la matière, est loin d’être anecdotique car elle nous ramène plus largement à celle de nos rapports à l’ensemble du vivant et de la limite des libertés que nous pensons être en droit de nous octroyer sur lui.

On pourrait comprendre, on souhaiterait même que notre Constitution fédérale, soit à l’article 80 «Protection des animaux», soit à l’article 104 «Agriculture», fixe dans un paragraphe introductif les principes moraux sur lesquels nous nous fondons pour légiférer à propos des animaux.

Mais tout de même, introduire un petit bout de cette vaste problématique dans notre Constitution par le biais des cornes des bovins et des caprins, voilà qui fait vraiment désordre et frise le ridicule. Cet aspect très particulier de nos rapports aux animaux n’a rien à faire dans la Constitution et devrait être réglé par la loi.

Je voterai néanmoins pour cette initiative, à défaut de pouvoir me prononcer autrement et en regrettant que le débat soit brouillé par sa réduction à un problème de subventionnement. Mais j’en appelle à la députation neuchâteloise aux Chambres afin qu’elle lance ou relance l’idée de l’introduction du droit d’initiative législative fédérale.

Ce droit dont nous jouissons aux plans cantonal et communal contribuerait à éviter que notre Constitution, d’ores et déjà invraisemblable magma de 197 articles et d’un nombre incalculable d’alinéas, ne devienne toujours plus une espèce de liste à la Prévert indigne de la solennité et de la concision qui devraient être la marque d’une constitution.

Notons à titre de comparaison que la constitution allemande compte 146 articles, l’autrichienne 152, la française 89, l’italienne 139, celle des Etats-Unis 47 (si l’on additionne les sections de ses 7 uniques articles et ses 27 amendements). A croire que plus un pays est petit, plus sa constitution est longue!

Quant à nos amis les Anglais, dans leurs superbes isolement et originalité, ils fonctionnent sans constitution écrite, se référant à des règles issues des usages, des lois et de la jurisprudence.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

AsilePoint de vue de Pierre Bühler: «C’est bien, mais pas assez!»Point de vue de Pierre Bühler: «C’est bien, mais pas assez!»

DéconfinementPoint de vue de Claude-Alain Kleiner: «Mille excuses, je rentre du lac…»Point de vue de Claude-Alain Kleiner: «Mille excuses, je rentre du lac…»

FusionsPoint de vue de Maxime Cario: «Il faut sauver nos communes!»Point de vue de Maxime Cario: «Il faut sauver nos communes!»

Espace publicPoint de vue d’Yves Sandoz: «Le coronavirus et la burqa»Point de vue d’Yves Sandoz: «Le coronavirus et la burqa»

InstitutionsPoint de vue de Nicolas Jutzet: «Eligibilité des étrangers: supprimer une incohérence»Point de vue de Nicolas Jutzet: «Eligibilité des étrangers: supprimer une incohérence»

Top