Points de vue
 16.09.2020, 14:00

Point de vue de Claude-Alain Kleiner: «Ecole et laïcité»

chargement
La séparation de l'Eglise et de L'Etat est au cœur de la loi sur la reconnaissance des nouvelles communautés religieuses récemment acceptée par Grand Conseil neuchâtelois.

Religion «Faut-il rappeler que la laïcité garantit à chacun la liberté de religion?» Le pédagogue Claude-Alain Kleiner réagit face à l’acceptation début septembre par les députés neuchâtelois de la loi sur la reconnaissance des communautés religieuses. Comme d’autres personnalités locales, nous l’invitons à s’exprimer sur des sujets d’actualité.

Non, la laïcité ne souffre aucune déclinaison sémantique. Evitons donc de parler de laïcité d’ouverture ou d’exclusion. Certes, les postures peuvent différer, de l’intransigeance à la tolérance, selon le degré de raison ou d’émotion de l’analyse. Faut-il rappeler que la laïcité garantit à chacun la liberté de religion? Qu’elle n’est ni un dogme ni une fin en soi mais au contraire un vecteur de paix civile et de respect des convictions? Enfin, que les valeurs universelles d’humanisme, chez nous, supplantent les croyances et les pratiques religieuses? L’égalité entre hommes et femmes, par exemple…

Reconnaître, c’est exiger et contrôler, afin d’empêcher toutes dérives sectaires et extrémistes

Gravée dans le marbre de la Constitution, la séparation de l’Etat et de l’Eglise autorise et oblige tout à la fois. Or, la loi acceptée par le Grand Conseil tolère davantage qu’elle n’exige. En l’état, elle permettra aux imams de prêcher en terres scolaire et carcérale, comme c’est le cas pour les pasteurs. Les défenseurs du texte ont ainsi déclenché une fronde référendaire qui risque de déboucher sur un refus sec et sonnant de la population. Dommage parce qu’aujourd’hui, dans notre société multiculturelle, la reconnaissance d’autres communautés religieuses semble nécessaire, puisque reconnaître, c’est exiger et contrôler, afin d’empêcher toutes dérives sectaires et extrémistes.

Sous l’angle de l’Ecole, la laïcité n’est, évidemment, pas la négation du fait religieux, celui-ci étant inscrit dans les plans d’études. Toutefois, les auteurs de la loi auraient été bien inspirés d’exiger un strict respect de la laïcité, priant les représentants des communautés religieuses de pratiquer hors les murs de l’Ecole. L’heure n’est plus aux petits accommodements!

Pour toutes ces raisons, considérant que le législatif a accepté une loi non aboutie, succombant aux franges évangéliste et musulmane de la société, le peuple aura le dernier mot. Sans partager leurs argumentaires respectifs, il s’agira de soutenir les référendaires. La question du lien entre Etat et religions mérite une autre réponse que celle-là.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

Grand ConseilNeuchâtel pourra reconnaître de nouvelles communautés religieusesNeuchâtel pourra reconnaître de nouvelles communautés religieuses

Davantage de religions seront reconnues

Les députés neuchâtelois ont accepté mercredi la loi sur la reconnaissance des communautés religieuses. Prévue depuis...

  02.09.2020 19:26
Premium

PolitiqueReconnaissance des communautés religieuses: après le PLR, l’UDC veut lancer un référendumReconnaissance des communautés religieuses: après le PLR, l’UDC veut lancer un référendum

Liberté d’expressionEclairage de Claude-Alain Kleiner: «enseigner, l’art d’émanciper!»Eclairage de Claude-Alain Kleiner: «enseigner, l’art d’émanciper!»

Top