Points de vue
 18.09.2020, 17:00

Point de vue de Caroline Plachta: «Révolution copernicienne»

chargement
"Les politiques s’autoglorifient et s’épanchent sur leur propre parcours dans l’espoir de convaincre un électeur qui préférerait qu’ils s’intéressent à lui…", écrit Caroline Plachta.

Nombrilisme «La logique de communication ne part pas de soi, mais de l’autre», écrit Caroline Plachta, conseillère en communication, à propos de la tendance de chacun ou des institutions à se croire le centre du monde. Comme d’autres personnalités locales, nous l’invitons à s’exprimer sur des sujets d’actualité.

Le monde ne tourne pas autour de nous. C’est difficile à admettre et pourtant… Il y a plus de 500 ans, l’astronome polonais Copernic a dit aux vieilles barbes qui s’autoproclamaient centre de l’univers: non, vous n’avez pas raison! A partir de là, il a fallu plusieurs siècles de bataille de savants pour pourfendre l’obscurantisme autocentré et se découvrir minuscules dans un univers infini.

Il y a un délit universel de vanité qui consiste à produire aveuglément un discours centré sur soi

La résistance mentale fondée sur la certitude d’être le centre du monde a la dent dure! Dans ce débat, la science a eu son dernier mot. Par contre, dans le domaine de la communication, le nombrilisme n’a pas encore été définitivement désavoué. Il y a un délit universel de vanité qui consiste à produire aveuglément un discours centré sur soi.

Ainsi, les commerciaux déploient des trésors d’imagination pour faire l’apologie de leur produit ou service avant même de s’être interrogés sur les réels besoins de leurs clients. Autre démarche à l’envers du bon sens, pour faire campagne, les politiques s’autoglorifient et s’épanchent sur leur propre parcours dans l’espoir de convaincre un électeur qui préférerait qu’ils s’intéressent à lui…

La logique de communication ne part pas de soi, mais de l’autre. Qui il est, ce qu’il cherche, ce qu’il comprend. Le centre de toute communication, c’est l’interlocuteur: le citoyen, l’ami, l’enfant, le client, l’employé, le collègue, le lecteur, l’utilisateur.

Il n’est jamais trop tard pour effectuer sa révolution copernicienne; quand on souhaite faire passer un message, il y a tout à gagner à renverser sa représentation du monde.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

HabitudePoint de vue de Caroline Plachta: «On a toujours fait comme ça!»Point de vue de Caroline Plachta: «On a toujours fait comme ça!»

Point de vue de Caroline Plachta: «Désolée pour le malentendu»Point de vue de Caroline Plachta: «Désolée pour le malentendu»

CoronavirusPoint de vue de Caroline Plachta: «Lettre à mon super-héros de huit ans»Point de vue de Caroline Plachta: «Lettre à mon super-héros de huit ans»

Top