Quentin Ducommun, agriculteur bio à Areuse: «On ne peut pas uniquement prendre à la terre»

chargement

Au fil des saisons A la tête d’un domaine bio de 45 hectares à Areuse, Quentin Ducommun ne tient pas à prendre parti par rapport aux initiatives anti-pesticides. Pour lui, leur acceptation ne changerait pas grand-chose, mais il estime toutefois qu’elles vont «trop loin et trop vite».

 10.06.2021, 05:30
Lecture: 5min
Premium
Quentin Ducommun est passé à l'agriculture bio en 2017.

Au fil des saisons

La remarque ressort beaucoup lors des débats sur les initiatives phytosanitaires: les citadines et citadins ne connaissaient plus les métiers de la terre. «ArcInfo» est donc allé à la rencontre d’un agriculteur conventionnel et d’un bio, ainsi que d’un vigneron-encaveur en conversion. Voici le troisième article de la série qui sera publiée jusqu’au...

À lire aussi...

VotationsLa fin des pesticides de synthèse? Deux Neuchâtelois confrontent leurs argumentsLa fin des pesticides de synthèse? Deux Neuchâtelois confrontent leurs arguments

Des pâtes oui, mais des pâtes neuchâteloises!Des pâtes oui, mais des pâtes neuchâteloises!

CommerceCoronavirus: un marché à la ferme à Areuse a dû se battre pour rester ouvertCoronavirus: un marché à la ferme à Areuse a dû se battre pour rester ouvert

NatureNeuchâtel: en matière de pesticides, «les collectivités publiques doivent montrer l’exemple»Neuchâtel: en matière de pesticides, «les collectivités publiques doivent montrer l’exemple»

Au fil des saisonsAlain Gerber, viticulteur en conversion bio à Hauterive: «On tape sur le maillon faible»Alain Gerber, viticulteur en conversion bio à Hauterive: «On tape sur le maillon faible»

Top