Alain Gerber, viticulteur en conversion bio à Hauterive: «On tape sur le maillon faible»

chargement

Au fil des saisons Alain Gerber possède dix hectares de vignes entre Colombier et La Neuveville. Il a décidé de se lancer dans une conversion bio par intérêt plutôt que pour le profit. Et ce n’est pas si facile.

 09.06.2021, 05:30
Lecture: 5min
Premium
Le viticulteur Alain Gerber dans ses vignes, à Hauterive.

Au fil des saisons

La remarque ressort beaucoup lors des débats sur les initiatives phytosanitaires: les citadines et citadins ne connaissent plus les métiers de la terre. «ArcInfo» est donc allé à la rencontre d’un agriculteur conventionnel et d’un bio, ainsi que d’un vigneron-encaveur en conversion. Voici le deuxième article de la série qui sera publiée jusqu’au...

À lire aussi...

Au fil des saisonsKarim Veuve, agriculteur au Val-de-Ruz : «Nous ne sommes pas des pollueurs, ni des empoisonneurs»Karim Veuve, agriculteur au Val-de-Ruz : «Nous ne sommes pas des pollueurs, ni des empoisonneurs»

Au fil des saisonsQuentin Ducommun, agriculteur bio à Areuse: «On ne peut pas uniquement prendre à la terre»Quentin Ducommun, agriculteur bio à Areuse: «On ne peut pas uniquement prendre à la terre»

DécryptageOnze questions (pas simples) sur les pesticides de synthèseOnze questions (pas simples) sur les pesticides de synthèse

SantéUne étude neuchâteloise démontre la présence de pesticides dans la tête des enfantsUne étude neuchâteloise démontre la présence de pesticides dans la tête des enfants

EnvironnementDes pesticides dans le corps? 10 volontaires neuchâtelois ont fait le testDes pesticides dans le corps? 10 volontaires neuchâtelois ont fait le test

NatureNeuchâtel: en matière de pesticides, «les collectivités publiques doivent montrer l’exemple»Neuchâtel: en matière de pesticides, «les collectivités publiques doivent montrer l’exemple»

Top