25.11.2020, 17:00

Arrigoni-Laufer, sous-traitant horloger: «Seuls les plus combatifs s’en sortiront»

Premium
chargement
Christian Laufer, co-fondateur d'Arrigoni-Laufer: "Notre chiffre d'affaires a baissé de 80% sur le premier semestre."

Horlogerie Spécialisée dans le décor et le squelettage de mouvements de montres, Arrigoni-Laufer, petite structure de cinq personnes compte sur sa souplesse et l’innovation pour passer le cap. Mais l’ambiance s’est durcie, souligne le gérant Christian Laufer.

Sollicité par «ArcInfo», Christian Laufer, fondateur et gérant d’Arrigoni-Laufer, nous livre son regard sur la crise que traverse le secteur horloger.

A lire aussi : Horlogerie: la Suisse condamnée au luxe?

«C’est compliqué en ce moment: il n’y a pas grand-chose dans notre carnet de commandes. Le chiffre d’affaires a baissé de 80% sur le premier semestre par rapport aux cinq années précédentes. Une situation que j’attribue pour moitié à la...

À lire aussi...

TémoignageLauener: «La culture du secret vient malheureusement compliquer les choses»Lauener: «La culture du secret vient malheureusement compliquer les choses»

PerspectivesHorlogerie: la Suisse condamnée au luxe?Horlogerie: la Suisse condamnée au luxe?

StratégieAcrotec: «Ce qui est pénible, c’est d’être considéré comme une variable d’ajustement»Acrotec: «Ce qui est pénible, c’est d’être considéré comme une variable d’ajustement»

Top