25.11.2020, 17:00

Acrotec: «Ce qui est pénible, c’est d’être considéré comme une variable d’ajustement»

Premium
chargement
François Billig, patron d'Acrotec, mercredi 25 novembre 2020.

Stratégie Solidement ancré, notamment dans la région neuchâteloise, le sous-traitant horloger Acrotec souhaite continuer à se diversifier. Il mise notamment sur la dynamique de groupe et le rachat d’entreprises. A la tête du groupe, François Billig nous détaille la situation.

Sollicité par «ArcInfo», François Billig, président du conseil d’administration et directeur général d’Acrotec, nous livre son regard sur la crise que traverse le secteur horloger.

A lire aussi : Horlogerie: la Suisse condamnée au luxe?

«Neuf de nos sociétés, sur 20, ont été à l’arrêt entre une et trois semaines lors de la première vague. La dynamique de groupe nous a aidés à coordonner les mesures sanitaires, en apprenant l’un de l’autre et en adoptant les bonnes pratiques rapidement....

À lire aussi...

TémoignageLauener: «La culture du secret vient malheureusement compliquer les choses»Lauener: «La culture du secret vient malheureusement compliquer les choses»

HorlogerieArrigoni-Laufer, sous-traitant horloger: «Seuls les plus combatifs s’en sortiront»Arrigoni-Laufer, sous-traitant horloger: «Seuls les plus combatifs s’en sortiront»

PerspectivesHorlogerie: la Suisse condamnée au luxe?Horlogerie: la Suisse condamnée au luxe?

Top