Opération marathon
 07.06.2019, 12:36

Opération marathon de New York: «Ces petites choses qui rapprochent de l’objectif»

chargement
Un bircher tous les matins: une petite chose devenue essentielle.

Chronique Notre journaliste Raphaèle Tschoumy se prépare à courir le marathon de New York le 3 novembre. A presque 50 ans, elle n’a rien d’une sportive aguerrie et n’a pas couru depuis plusieurs dizaines d’années. Suivez son évolution sportive tous les deux samedis dans «ArcInfo».

Bon. OK. Je sais. Pendant que je lutte contre moi-même pour courir quelques petits kilomètres new-yorkais, début novembre, à plat et dans une certaine fraîcheur automnale, d’autres entament la saison des trails estivaux, des courses aux dénivelés vertigineux sur plus de 100 kilomètres, le tout sous un soleil de plomb.

Bref, je me sens un peu ridicule face à ces humains pas comme les autres. Pas grave. Ça ne tue pas, paraît-il. Cela dit, il existe toutefois quelques points communs entre les trailers entraînés comme des gladiateurs et la novice en course à pied que je suis.

Il y a d’abord la détermination. Quand je cours dix ou quinze kilomètres, ils en courent septante ou cent vingt. Mais au début, on se dit tous qu’on veut arriver au bout. Et à la fin, on est tous bien contents d’avoir vaincu notre objectif. Ça, c’est le premier point commun.

Athlète confirmé ou Schtroumpfette de la course, l’alimentation tient un rôle prépondérant. 

Le deuxième est basé sur un mode de vie global. Que l’on soit trailer expérimenté ou débutant, on a tous un petit moteur intérieur au fond de la tête qui ne s’arrête jamais: celui de s’organiser pour partir accumuler de l’expérience.

Enfin, que l’on participe au Swiss Canyon Trail ou au marathon de New York, athlète confirmé ou Schtroumpfette de la course, l’alimentation tient un rôle prépondérant dans la préparation.

Cela fait plus de vingt ans que je ne déjeunais jamais, en dehors d’un ou deux cafés rapides. De même, mes repas de midi n’étaient pas vraiment structurés. Inutile de dire que j’ai ressenti parfois une certaine fatigue en plein cœur de mes préparations de fin de journée.

«Comment veux-tu tenir le coup?», m’a repris mon coach Clavien Kuenzi. «Ta machine a besoin d’être alimentée et régulièrement. C’est la clé pour avancer dans une telle préparation». Ces propos sonnent comme une évidence pour le commun des mortels. Mais pour moi, ils ont nourri ma réflexion avant de nourrir mon estomac.

Après une étude fine de mes habitudes alimentaires, j’ai reçu des objectifs précis. Je me fais le plus sublime des birchers tous les matins et je me protéinise à midi en ajoutant des végétaux sous toutes leurs formes. Mes repas du soir étant équilibrés, je n’y change rien.

Verdict? Je me sens globalement mieux, c’est certain. Je ne suis pas encore prête ni pour mon marathon ni pour un trail de l’extrême. 

Mais, en intégrant ces nouveaux petits gestes à mon quotidien (quand bien même je ne suis pas toujours satisfaite de mes courses et de mes progrès «sportifs»), je me sens un peu proche du but à atteindre. Tous les trailers du monde sont aussi passés par là. A ma petite échelle, ces nouvelles pratiques me rapprochent de New York tout simplement.

Un projet mené en partenariat avec l’Atelier 71 à Neuchâtel.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

ChroniqueOpération marathon de New York: «Premiers pas…»Opération marathon de New York: «Premiers pas…»

ChroniqueOpération marathon de New York: «Coup de frein»Opération marathon de New York: «Coup de frein»

ChroniqueOpération marathon de New York: «Le poids du temps»Opération marathon de New York: «Le poids du temps»

ChroniqueOpération marathon de New York: «Dans quel état suis-je?»Opération marathon de New York: «Dans quel état suis-je?»

ChroniqueOpération marathon de New York: «L’arrivée est dans 8000 tonnes…»Opération marathon de New York: «L’arrivée est dans 8000 tonnes…»

Top