Mondial 2014

Gelson Fernandes: "Je ne suis pas Shaqiri!"

chargement

Équipe de Suisse Gelson Fernandes sait que ses chances d'être titularisés au Brésil sont minimes. Mais il sait aussi que sa polyvalence peut inciter Ottmar Hitzfeld à le lancer dans la bataille en cours de match.

  28.05.2014, 14:53
Le Valaisan Gelson Fernandes a nourri la crainte de ne pas figurer dans la liste des 23 sélectionnés pour le Brésil.

"L'entraîneur sait ce dont je suis capable. Tout peut se produire dans une phase finale. Je me tiens prêt !" Gelson Fernandes ne part pas au Brésil seulement pour cultiver l'ambiance de l'équipe.

Une ambiance dont il l'un des garants et dont il mesure pleinement importance lors d'un tel événement. "L'esprit qui nous anime aujourd'hui est bien meilleur qu'il y a quatre ans", assure-t-il. Ainsi, le Valaisan ne croit pas une seule seconde à une véritable brouille entre Gökhan Inler et Valon Behrami après les malheureuses déclarations d'un agent. "Ce sont deux battants, lâche-t-il. Il est inévitable qu'ils se "frictionnent" parfois, encore plus si je viens m'incruster entre eux. Mais leurs relations sont normales".

Gelson Fernandes partage un point commun avec Inler et aussi avec Stephan Lichtsteiner. Ils sont les trois joueurs à avoir été titularisés lors des trois matches de l'Euro 2008 et de la Coupe du monde 2010. On rappellera que le Valaisan fut le buteur "historique" lors du 1-0 de Durban contre l'Espagne. "J'aurais préféré ne pas marquer et me qualifier", glisse-t-il.

Aujourd'hui, il sait que ses chances d'être titularisés au Brésil sont minimes. Mais il sait aussi que sa polyvalence peut inciter Ottmar Hitzfeld à le lancer dans la bataille en cours de match. "Je peux jouer dans l'axe bien sûr, mais aussi sur un côté comme en Afrique du Sud, lâche-t-il. Je jouais sur la gauche. Personne n'a passé. Par contre, il ne faut pas me demander de dribbler et de centrer. Je ne suis pas Shaqiri, ni Stocker..."

Malgré son passé en sélection et une saison que l'on doit juger comme réussie en Bundesliga avec le SC Fribourg, Gelson Fernandes a nourri la crainte de ne pas figurer dans la liste des 23 sélectionnés pour le Brésil. "Il faut être honnête: il n'y avait pas énormément de joueurs qui étaient sûrs à 100 % d'être sélectionnés. Je n'étais pas parmi eux, avoue-t-il. Des joueurs de grande valeur sont restés sur le carreau. Si je n'avais pas été pris, cela n'aurait pas été un scandale..."

En dehors du terrain, l'une de ses missions sera d'encadrer, comme il l'a fait si bien cette saison à Fribourg, Admir Mehmedi. "Admir est un grand joueur. Il peut nous apporter beaucoup au Brésil, explique-t-il. Seulement, Admir est quelqu'un qui a besoin d'amour. Tous les jours. Et je n'arrête pas de lui en donner !"


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

FOOTBALLA quatre ans du Mondial, le Qatar est en avanceA quatre ans du Mondial, le Qatar est en avance

FOOTBALLUne deuxième étoile pour une France solide et efficaceUne deuxième étoile pour une France solide et efficace


FOOTBALLUn champion, vraiment?Un champion, vraiment?

FOOTBALLLes excuses de Gilliéron viennent du cœurLes excuses de Gilliéron viennent du cœur

Top