Ma vie de Xamaxien
 06.12.2017, 18:47

Le foot, une école de vie

Abonnés
chargement
Le foot, une école de vie

 06.12.2017, 18:47 Le foot, une école de vie

Gaëtan Karlen (24 ans) est l’avant-centre de Xamax, qu’il a rejoint la saison passée. Valaisan formé au FC Sion, ex-international juniors, il a aussi évolué à Bienne et à Thoune.Retrouvez chaque semaine ses confidences.

«Dans le football comme dans la vie, il faut apprendre à vivre avec l’échec. En ce sens, notre discipline représente une belle école de vie, qui nous permet de grandir plus vite.

En effet, les objectifs et les exigences fixés dans le monde du football sont toujours extrêmement élevés et difficiles à atteindre. Dès lors, il faut savoir...

«Dans le football comme dans la vie, il faut apprendre à vivre avec l’échec. En ce sens, notre discipline représente une belle école de vie, qui nous permet de grandir plus vite.

En effet, les objectifs et les exigences fixés dans le monde du football sont toujours extrêmement élevés et difficiles à atteindre. Dès lors, il faut savoir prendre le recul nécessaire pour avancer et corriger nos erreurs.

Personnellement, j’en ai pris pleinement conscience durant ma formation. Je crois que j’évoluais en M16. Je traversais une mauvaise phase, ce genre de période où l’on est convaincu que les autres sont responsables si les choses tournent en notre défaveur. J’étais au fond du trou. Après une bonne discussion avec mes parents, j’ai compris qu’il fallait savoir faire la part des choses, faire preuve de détachement afin de mieux comprendre ce qui ne fonctionnait pas. Cette faculté permet de corriger le tir, de rebondir plus rapidement.

Mais cette manière de voir les choses ne s’applique pas uniquement au football. Elle est utile dans la vie de tous les jours et dans nombre de situations. Ce n’est pas un hasard si les entreprises recourent souvent à des anciens sportifs comme conférenciers pour inculquer cet état d’esprit, cette volonté de transformer l’échec ou les difficultés en quelque chose de constructif.

Dans le football comme dans la vie, cette façon de voir les choses permet de savoir de quoi l’on est capable, ou de quoi on n’est pas capable. Ainsi, il est plus aisé de choisir la meilleure voie pour parvenir à ses fins. Bien sûr, la confiance joue un rôle prépondérant. Mais en étant conscient de ses capacités, on est mieux armé pour appréhender certaines situations.

Ce détachement est également indispensable face à la critique, très présente dans notre milieu. Grâce au football, j’ai appris à faire abstraction de propos blessants qui peuvent nous viser, tout en me servant de ceux qui peuvent être constructifs. A l’inverse, il est important de savourer les instants de joie, de victoires, mais j’ai aussi acquis la faculté de ne pas ‘m’envoler’ lorsque des éloges nous parviennent. Il faut savoir raison garder pour que le retour sur terre ne soit pas trop difficile.

J’ai grandi à Travers le football et tout ce que j’y ai appris m’est, et me sera, utile dans ma vie d’homme. Ce sport nous offre la possibilité d’avoir un petit coup d’avance dans certains domaines. Le simple fait de vivre seul m’a ‘contraint’ d’apprendre à faire à manger, le ménage ou m’occuper de la ‘paperasse’ plus tôt que ceux qui restent chez leurs parents. Les émotions que procure le sport nous obligent aussi à gérer le stress. Bien sûr, la pression avant un examen à l’uni n’est pas la même qu’avant un match, mais cette expérience sportive me permet d’être plus détendu à l’heure de l’examen.

Ce sport collectif est également bénéfique pour apprendre à vivre au sein d’un groupe, à s’intégrer dans une équipe. C’est quelque chose que tout le monde doit être capable de faire dans son cadre professionnel. En cela, le football est extrêmement éducatif.

Toutes ces expériences de footballeur me servent au quotidien.»


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top