Le Salon de l'immobilier Neuchâtelois
 27.04.2018, 16:08

Le Salon Immobilier en réalité virtuelle

chargement
Caroline Petter de Kaïnoo en pleine visite 3D immersive d'un appartement sur plan.

CONTENU PARTENAIRE Cette 8e édition du SINE est sans doute celle de l’arrivée massive… de la réalité virtuelle! Casques, lunettes, visites virtuelles, catalogues en réalité augmentée: la technologie vient transformer la simple visite d’un stand en voyage numérique.

Lunettes de réalité virtuelle sur le nez, on visite un appartement qui n’existe pas encore. Et on peut facilement changer la couleur d’un mur, la texture d’un parquet, d’un carrelage. Bienvenue dans la visite 3D. Au Salon Immobilier NEuchâtelois cette année, ces instruments technologiques sont omniprésents.

Sur de nombreux stands, on voit des visiteurs, casques sur le nez, balayer des bras l’espace, en plein voyage intérieur. « La 3D immersive suscite beaucoup d’intérêts, chez les architectes et les promoteurs qui peuvent ainsi faire visiter et vendre des biens, notamment d’envergure, avant même de les construire », explique Caroline Petter, directrice commerciale de la société neuchâteloise Kaïnoo, spécialisée dans le développement de ces visites virtuelles.

«C’est plutôt pratique»

Plus loin, chez Tosalli Stores, un fabricant a mis à disposition de l’entreprise une installation de réalité virtuelle qui propose tout l’assortiment de la marque. «C’est plutôt pratique. Cela permet de visualiser tout ce qu’on ne pourrait amener directement sur le stand. Les jeunes adorent. Quant à savoir si cela représente un plus, c’est encore un peu tôt pour le dire», explique Olivier Berger.

Les visites virtuelles en 3D est pourtant un marché en pleine expansion. A l’enseigne de ProView 360, Kushtrim Jashari est un professionnel de l’imagerie virtuelle qui digitalise des maisons ou appartements réels pour en permettre ensuite une visite sur écran ou par «googles» interposés. «La qualité d’image est aujourd’hui excellente et la demande pour ce genre de visites commence à être forte chez tous les acteurs de l’immobilier».

Brigitte Leitenberg et son catalogue en réalité augmentée.

Le papier qui parle et bouge

Mais la technologie se niche aussi dans le bon vieux papier. Sur son stand de meubles, Brigitte Leitenberg affiche son nouveau catalogue. Elle figure en une, en photo avec son époux. Il suffit de pointer son smartphone sur la couverture, et voilà que sur l’écran, elle s’anime.

La photo bouge, parle. On peut visiter tout le magasin de La Chaux-de-Fonds, regarder certains modèles de meubles en trois dimensions. Un catalogue en réalité augmentée. «C’est très ludique», remarque Brigitte Leitenberg, «et cela nous permet surtout d’aller plus loin que le papier et nous donne des moyens, face à la concurrence d’internet, de répondre aux besoins de la clientèle».

Reste toutefois bien des choses que la technologie ne remplace pas, comme les petits bonbons, le café ou le sourire des commerçants sur le stand. Et ça, c’est tant mieux.

Aline Moll


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

salon de l'immobilierA Neuchâtel, les grands chefs ont fait une sacrée recetteA Neuchâtel, les grands chefs ont fait une sacrée recette

Contenu partenaireLes meilleures réalisations d’architecture romande exposées au SINELes meilleures réalisations d’architecture romande exposées au SINE

Contenu partenaireLa cuisine: une pièce et un art au Salon de l’immobilier neuchâteloisLa cuisine: une pièce et un art au Salon de l’immobilier neuchâtelois

Contenu partenaireNeuchâtel: le Salon de l’immobilier nous propose son menu gourmandNeuchâtel: le Salon de l’immobilier nous propose son menu gourmand

CONTENU PARTENAIREA peine moins de monde, mais bien plus d'ambiance au Salon de l'ImmobilierA peine moins de monde, mais bien plus d'ambiance au Salon de l'Immobilier

Top