Le face-à-face
 27.02.2020, 14:00

Politique de coopération: la Suisse va-t-elle dans le bon sens?

chargement
Le conseiller fédéral Ignazio Cassis, ministre des Affaires étrangères, a présenté la semaine dernière les nouvelles orientations en matière de coopération internationale.

Aide au développement Le Parlement peut batailler sur la nouvelle stratégie de coopération internationale. Le Conseil fédéral lui a transmis la semaine dernière sa stratégie pour les années 2021-2024. Elle prévoit une aide au développement plus ciblée avec un accent plus marqué sur les intérêts suisses. Et, à terme, un abandon de l’Amérique du Sud. La Suisse va-t-elle dans le bon sens? Jan Atteslander, d’Economiesuisse, faîtière de l’économie, et Denis de la Reussille, conseiller national POP neuchâtelois, en débattent.


Jan Atteslander: «Oui, ce ne sont pas des coûts ou des dépenses, mais des investissements»

Nous avons toujours soutenu la coopération internationale de la Suisse. Mais il faut faire plusieurs pas dans une direction plus moderne.

La Suisse a eu une vision de l’universalité, que nous aidions un peu partout. Si nous faisons tout partout, nous ne pouvons rien influencer. Ça n’a pas d’impact. Donc, c’est mieux de se concentrer sur l’Afrique. C’est aussi la grande question: faut-il faire des transferts financiers ou plutôt que les pays eux-mêmes arrivent à avoir une croissance économique durable? La coopération internationale étatique doit regarder de quelle manière soutenir la croissance économique durable.

Pour un temps limité, on peut aider des PME sur place avec des instruments très ciblés. Ce ne sont pas des coûts ou des dépenses, mais des investissements. Il est important de savoir où nous avons des résultats satisfaisants, où on doit faire mieux ou moins. Il y a un besoin de plus grande transparence aussi. Parce que ces dépenses et investissements représentent 11 milliards francs suisses en quatre ans.

En matière de coopération internationale économique, j’estime aussi important que nous aidions un peu plus en Afrique. Et, l’aide humanitaire dans des situations de catastrophe va rester globale.
 

Denis de la Reussille: «Non, imaginer que la Suisse va retirer son aide à Haïti me scandalise»

J’ai une analyse très critique sur la manière dont le Département fédéral des affaires étrangères fait évoluer l’aide au développement.

La première des choses est que, quand nous débattrons, en commission et en plénum, j’interviendrai et je me battrai pour que les montants consacrés à l’aide au développement et la coopération soient augmentés. Nous avons les moyens de le faire. Il faut atteindre l’objectif de 0,5% du revenu national brut au minimum, un objectif fixé par l’ancien conseiller fédéral Didier Burkhalter. Ces dernières années, le montant de l’aide a diminué. A relever qu’au niveau international, il est recommandé d’atteindre 0,7% du revenu national.

La deuxième chose est que je vois de manière critique l’évolution donnée par le conseiller fédéral Ignazio Cassis aux priorités du développement, en abandonnant l’Amérique centrale, les Caraïbes et l’Amérique du Sud, tout en mettant l’accent sur le Moyen-Orient. L’aide au développement s’oriente petit à petit vers le traitement, de manière déguisée, des problèmes de migration que nous rencontrons en Europe.

Imaginer, par exemple que la Suisse va retirer son aide à Haïti, le pays le plus pauvre de la planète, me scandalise. J’ai aussi le sentiment que dans le cadre de notre rôle en matière de bons offices, par exemple le processus de paix en Colombie, nous allons perdre en influence. On nous dira que l’Amérique latine ne nous intéresse plus. La Norvège, qui se positionne dans ces dossiers, nous remplacera petit à petit.


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Résumé de la semaine

Ne ratez plus rien de l'actu locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque samedi toutes les infos essentielles de la semaine !

Recevez chaque samedi les infos essentielles de la semaine !

À lire aussi...

AideCoopération: le Conseil fédéral redéfinit la liste des pays prioritairesCoopération: le Conseil fédéral redéfinit la liste des pays prioritaires

DÉVELOPPEMENTL’orientation de la coopération diviseL’orientation de la coopération divise

L’orientation de la coopération divise

Le projet prévoit qu’elle devra notamment mieux tenir compte des intérêts suisses, par exemple en politique migratoire.

  24.08.2019 00:01
Premium

Top